Musique: Dj Mickey, le spécialiste burundais du mash up vidéo

Musique: Dj Mickey, le spécialiste burundais du mash up vidéo

DJ Mickey ©DR

Jeune burundais ayant grandi dans le quartier de Ngagara, Dj Mickey est des ses jeunes Dj qui aspirent à de grandes choses. La preuve, il s’est lancé depuis quelques temps dans la production de «video mash up» (mixage de clip vidéo avec un effet superposition de plusieurs chansons dans le rythme et la mélodie de l’un’ d’entre elles) et le moins que l’on puisse dire, le jeune homme fait parlé de lui vu la qualité de son travail dans son domaine. Son talent parle pour lui.

 

C’est en 2013 que le jeune se lance dans l’aventure musicale. En effet, comme tout jeune garçon ayant accès à un ordinateur, il fait connaissance de l’univers des DJ’s et commence peu à peu à s’y intéresser. «Au début c’était de la curiosité. Comme tout jeune qui a un ordinateur j’ai commencé à regarder ce que faisait d’autre DJ’s et cela me plaisait. Alors j’ai commencé à faire la même chose juste pour m’amuser.», nous explique le jeune DJ. Ce qui n’était alors qu’une simple distraction de jeune adolescent deviendra très vite une chemin que Mickey suivra jusqu’à ce jour.

C’est en écoutant des mixages de DJ de renoms, aussi bien à l’international que dans la sous-région que DJ Mickey prend le goût et voit naître en lui une passion pour faire danser les gens. Des DJ’s tels que David Guetta, Major Laser ou DJ Kalonje qui l’ont fortement inspiré.

Lorsqu’on est jeune, que l’on vient de finir ces études secondaire, devenir Dj n’est pas dans la liste des choix de vie pour les parents. Dans le cas Dj Mickey, la pression familiale n’a pas tardé à s’inviter à la fête et poser les premiers obstacles à l’évolution du jeune apprentie DJ. «C’est vrai que ce n’étais pas facile d’évoluer dans cet univers lorsque l’on va à l’école. Les parents avaient un peu de mal à comprendre mon attirance pour le métier de DJ». Cependant le jeune DJ continue à travailler sur sa passion et espère un avenir l’un des meilleurs dans ce domaine.

Si la plus part des DJ burundais se concentre essentiellement sur le mashup audio, DJ Mickey a choisi de s’attaquer à une discipline très peu connu dans le milieu; le mashup video. Il faut dire qu’il est le premier à se lancer sur cette voix Burundi. Une envie qui lui est venue après avoir regarder des vidéo mix du DJ kenyan  Vinn Vader. «Quand j’ai vu pour la première fois qu j’ai vu ces mashup, j’ai beaucoup aimé et je me suis pourquoi ne pas en faire au Burundi, d’autant plus qu’il n’y a encore personne qui le fait ici.»

DJ Mickey décide alors de se lancer dans les mashup video en réalisant un premier mashup vidéo avec la chanson «Feel  love» du chanteur Sat-B. Un travail qui va vite faire parlé de lui et qui sera même relayé par Sat-B lui-même. Pour le jeune DJ, cela fait énormément plaisir de voir son travail reconnu d’autant plus qu’il ne s’est lancé dans cette aventure que depuis peu. «j’étais content de voir que le gens aiment mon travail. Sat-B m’a publié sur ses réseaux sociaux et cela fait énormément plaisir. C’est un peu la preuve que nous sommes de faire de bonne et grand chose dans ce pays. Que les DJ burundais sont capable de faire du bon travail»

Mais le mashup de «Feel Love» n’est pas la seul œuvre de DJ Mickey. D’autre mashup ont suivi depuis lors. On peut aujourd’hui compter parmi ses réalisations des mashup avec les chansons Melanin du groupe Sauti Sol, African Beauty de Diamond Platinumz ou encore Impanvu de la chanteur Miss Erica. Et DJ Mickey ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. «l’objectif est de se perfectionner tous les jours et de faire rayonné le Burundi. J’aimerai que les DJ burundais soient reconnus au Kenya, au Rwanda, en Tanzanie etc. à la manière d’autre DJ que nous respectons dans la sous-région», nous dit-il. Une ambition et une envie de faire son métier, l’un des plus respecter et valorisant au Burundi. Une chose en laquelle le jeune DJ croit de manière ferme.

«C’est encore difficile aujourd’hui pour les DJ au Burundi de vraiment vivre de ce métier mais j’ai la conviction que cela arrivera. Je suis convaincu que les DJ feront la fierté du pays dans la sous-région et dans le reste du monde», dit DJ Mickey.

Mais pour atteindre se niveau, DJ Mickey préconise le travail et surtout la recherche permanente d’innovation. «Nous avons un seul problème au Burundi, c’est que nous ne sommes pas très créative. Nous avons tendance à rester cloitré dans nos habitudes et de ne pas aller vers des choses nouvelles, des choses inédites. Et n’est que lorsque nous sauront aller vers la recherche de l’innovation que nous pourrons réellement faire de grandes choses. Mais malgré cela je reste confiant quant à l’avenir de la profession au Burundi», explique-t-il.

Pour sa part, DJ continue dans sa lancer et rêve de devenir un grand qui fera la fierté du Burundi. On ne peut que lui souhaiter bonne chance.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments