Musique : De la pop music made in Burundi avec l’artiste Semy AYUBU en Belgique

Musique : De la pop music made in Burundi avec l’artiste Semy AYUBU en Belgique

Semy AYUBU ©Akeza.net

Résident en Belgique, Semy (Jean Paul Semirindi de son vrai nom) est un jeune artiste d’origine burundaise qui a choisi de faire de la musique son métier. Une musique qu’il situe entre ses origines burundaise et le monde occidental dans lequel il vit. De ses début dans l’atelier Hip Hop du centre Jeunes KAMENGE à la Flandre(Belgique) où il vit depuis plusieurs années maintenant, l’artiste a fait le choix d’une musique ouverte et variée. Son objectif : toucher le plus grand nombre de gens possible.

 

C’est entre les quartiers de Cibitoke et de Kinama à Bujumbura que Semy grandit. Celui qui est plus connu par son entourage sous le nom de Ayubu développe très vite une passion pour la musique. Il fait ses début à l’atelier Hip Hop du Centre Jeunes Kamenge sous la direction de Claire Olivier, auprès de qui il apprendra de nombreuses choses. «J’avais beaucoup appris dans les styles de rap et également comment m’orienter dans toutes sortes de compositions en me basant sur les thèmes à la une à ce moment là», raconte-t-il.

Conscient de ses capacités de rappeur, Semy va monter le groupe «Brothers Unit» avec quelques amis avec lesquels il fera des chansons et participera à un certain nombre de concerts. Dans la discographie du groupe, nous pouvons trouver des morceaux tels que «Citoyen», «Million Dollar» dont le remix sera fait en collaboration avec le groupe The Cousin avec entre autres R-Flow et Channy Queen.

Si à ses débuts Semy était un artiste Hip-Hop, son installation en Europe l’a orienté vers un autre style de musique. En effet, du Hip-Hop, sa musique s’est littéralement transformée en un mélange de Pop/House/Electro, tout en gardant les sonorités africaines de son origine. Un registre  dans lequel on ne retrouve pas les artistes burundais en général. Un choix influencé en grande partie par l’environnement musical dans lequel l’artiste s’est retrouvé. «Je n’ai pas choisi de faire la musique occidentale, mais j’ai été obligé d’être dans ce chemin car je vis avec eux. Et surtout la musique est universelle. Mon but est de toucher le public le plus large possible», raconte-t-il.

Fan de John Legend et de Sam Smith, Semy s’inspire du quotidien pour écrire sa musique, de la vie de tous les jours comme il le dit. «Je m’inspire de tout. Tout ce quon peut regarder, toucher, imaginer et en faire une histoire. Ce qui veut dire la vie de tout les jours, les déceptions, la nature,etc.».

Avec déjà 3 morceaux sorties depuis le début de l’année 2018, Semy compte bien faire parler de sa musique au Burundi et travers le monde. Et malgré certaines imperfections dont souffre encore sa musique, l’artiste est bien décidé à prendre sa place et faire rayonner son pays le Burundi dans ce vaste univers qu’est le monde de la musique.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments