Music Mission : Les formateurs incitent les musiciens à rêver  grand

Music Mission : Les formateurs incitent les musiciens à rêver  grand
Harvey Marcera animant un atelier sur la guitare © Akeza.net

Harvey Marcera animant un atelier sur la guitare © Akeza.net

L’équipe de Music Mission présente à Bujumbura pour des ateliers sur divers domaines de la musique à clôturé sa mission hier dans la soirée par un cocktail offert par l’ambassadeur de la Hollande au Burundi.Les musiciens avaient répondu massivement, attirés par des formateurs à l’expérience indiscutable, en plus d’une maitrise dans les matières sujettes à la formation : piano, guitare et batterie.

 

Harvey Marcera a animé les ateliers sur la guitare et le piano. Ce hollandais d’origine caribéenne est un producteur studio (record producer) de qualité comme nous disais Aron NITUNGA, un arrangeur burundais de renom ‘’Ce Harvey est un très bon arrangeur, un bon producteur en plus. J’ai écouté ces production, ça vaut le déplacement’’. Aron et Harvey se sont rencontrés au concert de Kidum au Havana le samedi soir.

 

Les guitaristes rencontrés sur les lieux, entre autres Arnaud Nganji , Yvan  ne tarissent pas d’éloge sur le formateur. ‘’Harvey sait de quoi il parle. Il est aussi doué pour transmettre ses connaissances. C’était très court, mais très instructif’’, nous disait-on sur les lieux.

 

Claude CIZA, burundais résident aux Pays-Bas a animé les ateliers sur la batterie. Il a fait le conservatoire de musique, concentration Jazz. Ses étudiants comptaient la crème de la crème dans cette discipline à Bujumbura. Nous avons croisé Amadi, batteur du groupe Moutcho et Marc Kibamba , la star de tous les concerts actuellement. Très concentrés, posant des questions, essayant de reprendre l’enseignement du maitre. Pas facile, mais les gars étaient motivés. La graine est semée.

 

Deux constatations sortent de ces ateliers : ‘’j’ai rencontré d’excellents musiciens, qui jouent très bien à l’oreille. Mais ils ont  un grand problème pour lire la musique. Ceci a pour effet que tous les musiciens ici jouent le même style. Ils jouent des styles, et non la musique. Jouer la musique, c’est écouter ce que tu as au fond de toi et pouvoir le transposer selon tes connaissances techniques, sans pour autant faire comme quelqu’un d’autre que tu connais. C’est être différent, original’’.

 

Le formateur a constaté également qu’au Burundi, les musiciens ne bénéficient d’aucune sorte de soutien, alors qu’un artiste devrait pouvoir vivre de son art.

 

Le formateur propose aux musiciens de rêver plus grand, chercher à être des musiciens reconnus, non seulement au Burundi, mais également réclamés sur la scène internationale. Pour cela, ils proposent une double recette : le meilleur moyen est de jouer une musique tellement originale que le monde sente le besoin de t’avoir. L’autre option est d’être le meilleur dans la musique déjà sur le marché. C’est possible mais, ce n’est pas évident. A ce niveau, la compétition peut être rude.

 

Eric Dieter, tourneur et promoteur ajoute : ‘’ la reconnaissance, c’est 50 de qualité et 50 de marketing. Les musiciens doivent savoir se promouvoir, si non trouver des personnes qui le font pour eux.

 

Ces ateliers étaient organisés à l’Umdudiho Music Academy par Shemeza Music, le club culturel Intatana et le groupe Moutcho. Umudiho Music Academy est l’école de musique de Shemza Music.

Claude CIZA animant un atelier sur la batterie © Akeza.net

Claude CIZA animant un atelier sur la batterie © Akeza.net

Photo de familles des musiciens participants à l'atelier © Akeza.net

Photo de familles des musiciens participants à l’atelier © Akeza.net

Landry MUGISHA

 

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.