Mon métier : Nyamate ou l’art de faire danser les chapeaux

Mon métier :  Nyamate ou l’art de faire danser les chapeaux

Né en 1992, Nyamate ou  Janvier Nzambimana de son  nom de baptême est l’ainé de sa famille. En décembre 2016, Nyamate découvre  au centre jeune Baba Watoto en Tanzanie l’art des chapeaux. Au mois de janvier de l’année suivante, il revient au pays et ne tarde pas à pratiquer cet art.  A son arrivée, il débute avec deux chapeaux. Avec son art, Nyamate gagne à peine de quoi payer son déplacement mais il continue, il persévère. 

Lire aussi : Mon métier : Michella Niyonizigiye, « L’avocate des femmes »

Un parcours d’enfant assez difficile

Nyamate vient d’une famille modeste. Encore trop jeune, il perd son père et sa mère se remarie peu après. Nyamate  perd tout accès sur ce que son père leur avait laissé. Il survit difficilement à cette situation puis abandonne ses études en 10è année. Presque abandonné par sa mère, Nyamate sera recueilli par la mère de son ami.

Lire aussi : Mon métier: Jimmy Nzisabira, l’œil de la photographie

Du duo Young Black à la carrière en solo

Avant de se faire connaitre comme l’homme aux chapeaux, Nyamate s’essaie à la musique avec son ami Emery. En 2010, ils forment le duo Young Black et créent Chase Niggers, un groupe de danseurs. En 2012, ils travaillent avec d’autres amis sur des chansons comme Maisha , Binadamu tupendane et d’autres mais leur travail ne fait pas écho. Le groupe ne pourra pas durer longtemps mais Nyamate continue à chanter et à danser en solo. Malgré son envie de continuer, il finit aussi par abandonner  la musique au profit de la danse.

 

Un beau numéro des chapeaux ne gonfle pas les poches

Un, deux, trois et hop, un chapeau sur la tête , un accroché à ses dents, deux sur les coudes et trois dans les mains . Un numéro qui émeut les spectateurs mais qui ne remplit pas nécessairement les poches de l’artiste. « La première fois  que j’ai fait  un numéro de chapeaux devant les gens, ils étaient surpris » nous dit Nyamate. « Ils ont aimé et d’ailleurs  jusqu’à aujourd’hui ils ont du mal à y croire».

Lire aussi : Mon Métier : Joshua King ISEZERANO, le génie des cocktails à Bujumbura !

Nyamate vit actuellement à Rumonge et il est coiffeur. Les évènements qui peuvent payer ses prestations sont plutôt rares. Malgré tout il n’abandonne pas.

Aujourd’hui, Nyamate peut faire danser plus de sept chapeaux. Toujours soucieux d’apprendre, Nyamate est aussi acrobate. Il voudrait que les burundais se mettent à penser à ces jeunes talentueux qui ne sont pas connus car ils existent. Pour lui, le combat continue. « On ne me mettra pas sur un billet mais je sais que je finirai par réaliser  mon rêve » dit-il.

Huguette Izobimpa

Comments

comments