Mode : Retour sur le côté glamour des Fashion weeks avec Ange Divine

Mode : Retour sur le côté glamour des Fashion weeks avec Ange Divine

Ange Divine Niyomwungere lors de Kigali Fashion Week 2016.©DR

 

Ange Divine Niyomwungere  est parmi les 4 Burundaises qui  étaient récemment sur le podium de la Kigali Fashion Week 2016. Elle nous raconte le côté Glamour des Fashion Weeks, et son expérience dans ces événements.

 

Akeza.net : Avec ta grande taille (1m85), n’était-ce  pas évident que le mannequinat allait être ton domaine de prédilection ?

 

Ange Divine : Depuis mon jeune âge j’étais toujours la plus grande fille de la classe mais la moins âgée. J’étais très mince et je tombais souvent (mon manteau a même été suturé) peut être par manque d’assurance (Rires).A l’âge de 12ans, il y avait des amis à moi  qui me proposer de jouer au basketball pour leur équipe mais ça ne me tentait pas. On me demandait toujours pourquoi je ne mets pas ma grande taille en valeur en jouant soit au basket-ball ou volley-ball.

Heureusement arrivée à l’université, un ami à moi m’a proposé d’aller participer dans un casting organisé par l’agence Babe. J’y suis allée et c’est là où j’ai rencontré M.Guy Maza. Après quelques jours, ils m’ont appelé pour me dire que j’ai été retenue et que je devais me présenter à leur casting.

Le jour J, je me suis présentée avec mes hauts talons. J’avais peur et j’étais timide parce que j’allais défiler  pour la première fois en public. Quand c’était mon tour (Rires), j’ai défilé la tête baissée de peur de tomber mais le jury m’a demandé de recommencer sans regarder par terre et je l’ai fait. Ils m’ont posé quelques questions. Je n’oublierais jamais la question qu’ils m’ont posée « Peux-tu défiler en maillot de bain ? » Il fallait leur prouver que j’avais confiance en moi alors j’ai répondu le plus positivement possible.Apres peu de temps, on m’a annoncé que j’avais été choisie, j’étais super contente. La partie travail a alors commencé. Répétitions après répétitions avec une chorégraphe ougandaise Sarah Nyamwenge, j’y ai finalement pris goût. A force de m’exercer, je me suis habituée. Maintenant le mannequinat  est devenu  une passion et  cela depuis 3ans !

 

 

Akeza.net : Avec 3 ans dans le domaine de mannequinat, à combien en es-tu avec les FashionWeek ?

Ange Divine : J’ai déjà défile lors de Bujumbura FashionWeek 2014, Kampala FashionWeek en 2014 et aussi lors de  la Kigali FashionWeek de 2015 et celle de 2016. Alors je dirais que j’en suis à 4.

 

Akeza.net : Comment te sens-tu avant de monter sur le podium ?

Ange Divine: Avant le défilé souvent j’ai des maux de ventre. Quelques jours avant le show, on doit faire des répétitions, on doit faire la chorégraphie pour les grandes finales.Tous les mannequins ne peuvent pas défiler pour un seul styliste chaque styliste doit choisir ses mannequins pour sa collection et on doit faire notre mieux pour l’épater avec notre catwalk.

Des fois tu te retrouves avec 2, 5 à 10 stylistes. Le jour du défilé, il n’y a pas mal de choses qu’on doit faire comme la répétition sur le podium pour éviter de tomber, le  maquillage et la coiffure. Il faut que tout soit nickel. Il y a toujours des imprévues ou les stylistes nous demandent de changer la chorégraphie à la dernière minute et aussi il y a des essayages à faire  mais bon quand il faut y aller il faut y aller. Quand j’arrive  sur le podium et que je fais quelques pas toute la peur s’en va.

 

Akeza.net : Qu’est-ce qui t’a le plus plu dans les Fashion Week auxquelles tu as participé ?

Ange Divine : La Fashion Week c’est un grand évènement qui regroupe des designers nationaux et internationaux venus montrer leur collection. Ce qui me plait le plus c’est de défiler et de porter leurs tenues.

 

Akeza.net : Qu’en est-il de la toute récente Fashion Week, celle de Kigali ?

Ange Divine : L’événement était bien organisé .On  s’attendait à ce que ce soit un succès, il y avait un public enthousiaste, les stylistes nous ont bien habillé, le podium était bien aménagé et éclairé.

 

Akeza.net : Un mauvais ou bon souvenir  à nous raconter ?

Ange Divine: Il n’y a pas de pire souvenir. Je n’ai que de bons souvenirs parce que ça m’aide à me surpasser. Quand j’étais en Ouganda, j’étais la première à défiler et je suis tombée mais ça ne m’a pas empêché de continuer, je me suis relevée et j’ai défilé.

Dans toutes les situations il n faut jamais baisser les bras, il faut aller toujours de l’avant.

Une fois, un styliste m’a déshabillé et je suis restée en sous-vêtements devant les autres mannequins et ce n’était pas dans les vestiaires. Il voulait que j’essaie ses tenues pour faire un photoshoot. Il m’a dit que si on veut percer dans ce domaine, il ne faut jamais avoir peur,il faut rester soi-même. Cela m’a beaucoup encouragé.

Le meilleur que je peux dire c’est qu’on acquiert de nouveaux contacts, on reçoit de nouvelles invitations. Et aussi on voyage, on rencontre d’autres gens avec des cultures différentes. C’est toujours une aventure agréable.

 

Akeza.net : Comment ça se passe avec les autres mannequins ?

Ange Divine : Avec les autres mannequins, il y a toujours une amitié qui se crée, on échange sur nos expériences et aussi j’apprends à m’améliorer c’est toujours un plaisir de travailler avec eux.

 

Akeza.net : Quels sont les créateurs avec qui tu aimerais travailler ?

Ange Divine: J’ai une longue liste mais je vais en citer quelques-uns. Il y a  David TLALE (Sud-africain), Adama Paris (Sénégalaise), Alpha Di (Nigérien),Alexander McQueen, Karl Lagerfeld, Marc Jacobs et bien sûr Dolce&Gabbana.

 

Akeza.net : Qu’en est-il des mannequins ? Quel est ton favori ?

Ange Divine : Naomi Campbell !! Parce qu’elle est  une source d’inspiration. C’est inspirant de voir une femme noire devenir une icône dans le monde de la mode.

 

Akeza.net : Après les FashionWeek, comment se passe le retour à la vie normale ?

Ange Divine :Je  vis ma vie familiale et je participe encore à des castings et séances photos.

 

Propos recueillis par Miranda Akim’

Comments

comments