Mkombozi lance sa ligne de vêtements personnalisés

Mkombozi lance sa ligne de vêtements personnalisés
Mkombozi lance sa ligne de vêtements personnalisés (www.akeza.net)

Mkombozi lance sa ligne de vêtements personnalisés (www.akeza.net)

 

Avoir des fans, c’est bien. Mais des fans acquis à ta cause, c’est mieux. Le chanteur Mkombozi lance sa ligne de vêtements personnalisé sous l’instigation d’un fan basé à Dubai, un certain Idi Amin. Les détails dans cet article.

 

Akeza.net : Comment cette idée t’est-elle venue ?

 

Mkombozi : Un de mes fans à Dubaï est venu avec l’idée de me faire des T-shirts et képis personnalisés.  Il m’a  demandé un logo que je le lui ai envoyé, puis  il s’est occupé du reste. Une première livraison devrait me parvenir ce soir. Il s’agit d’une collection de T-shirts et de képis.

 

Nous avons d’abord constitué un premier lot qui servira comme échantillon. Si les fans montrent de l’intérêt pour ces vêtements, alors, nous allons les produire en grande quantité.

 

Akeza.net : Donc au début, c’est toi-même qui va les porter

 

Mkombozi : Oui, comme un moyen de promotion. Leur commercialisation dépendra de leur succès  auprès de mes fans. Mais ça devrait aller, on me demande déjà le prix.

 

Akeza.net : Justement, qu’en est-il du prix ?

 

Mkombozi : Je ne saurai le dire précisément pour l’instant. Il faudra d’abord voir ce que cela me coute avec les taxes de l’OBR.

 

Akeza.net : En quoi une ligne de vêtements peut-elle t’être utile dans ta carrière ?

 

Mkombozi : C’est un moyen très efficace pour voir quels sont tes véritables fans. Il est difficile d’évaluer le nombre de fans via la vente de CD/DVD à cause du piratage qui atteint des sommets inimaginables. Avec une ligne de vêtements, c’est différent. C’est aussi une façon de donner aux gens un moyen de nous soutenir. Il arrive que des gens veuillent apporter du soutien à ta carrière. Je leur donne un moyen de le faire.

 

Akeza.net : Cela fait un moment que tu ne sors pas de chansons …

 

Mkombozi : J’ai été pris par mes voyages au Rwanda et en Tanzanie. J’ai pris le temps de voyager pour comprendre le fonctionnement de l’industrie musicale de ces pays. Je me dis que si je cherche à pénétrer leur marché, il faut bien le connaitre.

 

Je suis rentré au pays avec la ferme intention d’entrer au studio. Mon enfant est tombé gravement malade et j’ai été obligé de retourner en Tanzanie. Quand je suis rentré encore au pays, un autre incident s’est produit. Alors que je devais enregistrer avec Lizer vers 11h, sa compagne le poignarda aux alentours de 9h.

 

Akeza.net : As-tu rencontré de grands noms de la musique au Rwanda, en Tanzanie ?

 

Mkombozi : Non, pas vraiment. Mon objectif était de comprendre comment fonctionne la musique là-bas. J’ai surtout rencontré les gens des media.

 

Akeza.net : Quelle est le titre de ta prochaine chanson ?

 

Mkombozi : Ma prochaine chanson s’intitule NZEYIMANA.

 

Akeza.net : N’est-ce pas ton nom ?

 

Mkombozi : Si. Dans cette chanson, je m’en remets à Dieu pour le pardon de mes péchés et transgressions. Je me substitue à tout un monde de gens pour divers transgressions.

Comme d’habitude, je parle de la vie courante : Je parle de la mort d’une personne qui entraine la mort des témoins oculaires , je parle de cet homme qui viola une femme enceinte et dont les ressources financières entrainèrent l’incarcération des témoins , je parle de ces pasteur dont l’enseignement parles des offrandes que de toute autre chose, je parle de ce prêtre qui a fait plus d’enfant que quiconque…des fois je voudrais courir mais je n’arrive à me lever sous le poids de mes péchés…ce genre de choses.

 

Akeza.net : Merci pour cet entretien

 

Mkombozi : c’est toujours un plaisir.

 

Propos recueillis par Landry MUGISHA

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.