Miss Chic Madam : A la découverte d’Anaise MUGISHA

Miss Chic Madam : A la découverte d’Anaise MUGISHA

 Anaise MUGISHA, candidate à la compétition Miss Chic Madam ©Akeza.net

Elles étaient une dizaine à se faire élire Miss Chic Madam, elles ne sont plus que 5 burundaises dans la course. Longtemps stigmatisées en raison de leur rondeur, Anaise MUGISHA et bien d’autres assument leurs formes et changent peu à peu les standards de la mode.

A 25 ans, Anaise MUGISHA est la directrice commerciale de l’agence évènementielle DIAMOND EVENTS. Du haut de ses 1m75, Anaise porte avec fierté ses 120Kg et encourage les femmes rondes à s’aimer telles qu’elles sont.

Lire aussi : Miss Chic Madam : à la découverte de Sandrine NININAHAZWE

Akeza.net : Qu’est-ce qui t’a poussé à te faire inscrire dans la compétition ?

Anaise : Je me suis inscrite pour donner du courage à celles qui pensent qu’avoir des kilos en trop est synonyme de laideur.  Je veux leur montrer qu’il faut arrêter de porter le poids des regards des autres. Ce n’est pas le poids qui nous définit mais plutôt notre façon de vivre. Je veux leur dire ‘Arrêtez de penser que les gens vont vous aimer parce que vous êtes minces !’ M’inscrire à la compétition était aussi une façon de me mettre en valeur. J’avais défilé en 2014 pour la maison de couture Krysbel alors je me suis dit pourquoi pas?

Akeza.net : Ne pas trouver des vêtements à ta taille à ta portée de main n’est  pas frustrant au point de vouloir maigrir juste pour porter une robe ?

Anaise : Il y a toujours eu des gens en surpoids mais jusqu’à maintenant il y a cette lacune. Certes on trouve et achète des vêtements mais on ne trouve pas notre favori toutes les fois. Faute de choix, on prend ce qui s’offre à nous.

Anaise MUGISHA, candidate à la compétition Miss Chic Madam ©Akeza.net

J’ai toujours été différente des autres. J’ai toujours été grosse et j’étais souple, je faisais tout ce que les autres enfants pouvaient faire donc je ne voyais vraiment pas la nécessité de maigrir. D’autant plus que dans notre famille, un enfant maigrichon était perçu comme mal nourri.

Lire aussi : En images : Loin des clichés minceur, l’autre beauté !

Akeza.net : Et « sexy », ton surnom vient d’où ?

Anaise : (Rires) Depuis petite j’osais mettre tout ce que je voulais. Je n’avais aucun complexe. A la longue les gens ne m’appelaient que par mon surnom.

Lire aussi : Miss Ronde à l’honneur avec Miss Chic Madam Régionale 2017

Akeza.net : A un certain point, les femmes rondes tentent de perdre du poids pour se fondre dans la masse, tu aurais déjà essayé?

Anaise : A 21 ans, je pesais plus de 135Kg. J’ai dû faire des exercices physiques pour ne plus avoir des problèmes de cœur. Dans notre famille, tout le monde est en surpoids. Mes frères et sœurs ont essayé de perdre du poids en entrant au secondaire (les générations changent, rires) pour se fondre dans la masse. Je me suis rendue compte que ce n’est pas mon poids qui me définit, mais la personne que je suis et ce que je représente devant toute ma famille et mes amis.

 

Propos recueillis par Miranda AKIM’

 

Comments

comments