Miss Burundi 2017 : Carmen NIBIGIRA fière de l’organisation et des candidates !

Miss Burundi 2017 : Carmen NIBIGIRA  fière de l’organisation et des candidates !

Carmen NIBIGIRA ©DR

Titulaire d’un diplôme en gestion de voyages internationaux, d’un master en Gestion de Destinations Touristiques (Royaume-Uni) et candidate au doctorat en gestion des Parcs et du Tourisme (États-Unis), Carmen NIBIGIRA cumule une carrière  de quinze ans (15) dans l’industrie hospitalière en Europe et en Afrique, ainsi que six bonnes années dans le secteur touristique en Afrique (secteur public et privé).

Elle a aussi été l’une des premières burundaises à participer dans une élection de Miss Burundi, dont elle a fini 1re dauphine il y a de cela 20ans. Riche de son expérience de professionnelle à succès et de son activisme pour l’autonomisation de la femme, elle est revenue sur la récente élection de Miss Burundi 2017.

 

Miss Burundi vient d’être élu pour la 2ème fois depuis le retour du concours l’année dernière. Que pensez-vous de l’événement ?

Je n’ai pas assisté à l’événement en personne, mais je comprends que l’esprit d’organisation d’un tel évènement est maintenu au Burundi. Cette édition a été une démonstration d’un haut niveau de professionnalisme dans l’organisation et les jeunes filles qui ont participé à cette édition ont été sélectionnées selon des critères clairs.  La meilleure a gagné …

Carmen NIBIGIRA ©DR

Il y a environ 20 ans (1998), vous étiez parmi les premières jeunes filles burundaises à participer à un tel événement, d’ailleurs vous as été  élue première dauphine. Quels souvenirs en gardez-vous ? Comment un tel événement (et titre) affecte-t-il  la vie de la personne concernée ?

 

J’ai encore de bons souvenirs. A l’époque,  les choses étaient très simples et c’était un événement amusant. Le titre ne m’a pas beaucoup servi étant donné que je n’ai pas choisi  une carrière dans la mode. Je l’ai fait pour m’amuser et j’ai apprécié le processus. Toutefois, cela a contribué à renforcer ma confiance et  mes compétences pour m’exprimer en public …

 

Vous êtes connue pour être très active pour l’autonomisation de la femme (Akilah Institute for Women est là pour en témoigner). Que peux-tu dire à ces braves et courageuses jeunes femmes qui ont participé à Miss Burundi 2017 ?

Tout d’abord, je voudrais féliciter chacune d’entre elles pour avoir participé à un tel événement. Elles ont décidé de croire en elles-mêmes. C’est le premier signe de leadership. Deuxièmement, je voudrais rappeler que quoi qu’elles choisissent de faire aujourd’hui ou  demain, elles doivent aller au bout leurs rêves, travailler dur et démarrer des carrières. En 2018, nous aurons une autre Miss Burundi, ce qui rappelle bien que le meilleur investissement dont elles ont besoin réside dans leur éducation et leur intégrité (les deux vont de pair).

C’est Oprah Winfrey qui disait : « Peu importe à quel point vous êtes belle, peu importe combien de chirurgie esthétique vous faites, un jour votre poitrine tombera et vos yeux se desserreront, et vous ne serez plus aussi  belle. Ce qui compte, c’est ce que vous avez accompli. Parce que cela n’a pas de fin ».

Je ne peux qu’être d’accord avec elle.

Lire aussi:  Miss Burundi 2017 : les 10 choses qui montrent que Miss Burundi avance à  grands pas !

Aujourd’hui, Vous êtes  l’un des professionnels les plus connus  et les plus respectés dans votre secteur. Comment une jeune burundaise devient-elle comme vous?

Une carrière se fonde sur les choix que l’on fait tous chaque jour. Il y a 20 ans, je me suis concentrée sur la poursuite de mes rêves et l’éducation était mon arme; J’ai travaillé fort, j’ai fait beaucoup de sacrifices et des décisions stratégiques de façon académique et professionnelle. Je vais les exhorter à se concentrer et à être assez intelligentes pour savoir qu’elles sont appelées à être citoyens du monde.  Demain elles seront appelées à évoluer sur des segments où  la concurrence est rude, et ce, sous  l’œil inquisiteur du monde entier. J’espère que cette opportunité les prépare à avoir un esprit ouvert, un esprit critique, des capacités pour s’exprimer en public, se fixer des objectifs et le travail en équipe.

A travers cet événement, elles ont démontré un certain degré d’audace. Espérons qu’elles seront assez audacieuses dans leurs décisions et dans leurs rêves.

Carmen NIBIGIRA ©DR

Zoom sur le rôle de Carmen NIBIGIRA au sein de l’EATP

Carmen NIBIGIRA est actuellement la coordinatrice régionale de l’East Africa Tourism Platform et se décrit comme une ambassadrice fière de l’EAC en tant que destination touristique.  

En tant que coordinatrice régionale, elle est appelée à travailler en étroite collaboration avec tous les Etats membres de l’EAC dans l’élaboration et la promotion des politiques touristiques efficaces et actuelles.

Avoir beaucoup voyagé, avec la possibilité de vivre sur trois continents (Afrique, Europe, Amérique) est certainement un atout. Ses compétences puisent également dans sa nature très portée sur la lecture.

Propos recueillis par Landry MUGISHA

Comments

comments