Michael Sengazi en personnage de refugié/ethnologue, ça vaut le détour !

Michael Sengazi en personnage de refugié/ethnologue, ça  vaut le détour !

Michael Sengazi sur scène 

Tout fraîchement de rentré d’une tournée émouvante, pleine de joie et de rires en France, Monsieur Sengazi reste au Rwanda  4 jours puis refait ses valises encore pour l’Europe. Cette fois-ci c’est pour se rendre en Allemagne à Hambourg pour une pièce de théâtre intitulée « schiff der träume » où il interprète un refugié/ethnologue. Et ce, pour la deuxième fois après une première fois , le 05 Décembre 2015.

Si vous le voyez toujours sur scène à vous faire rire quitte à vous casser des côtes, dans la pièce de théâtre « schiff der träume », il incarne un refugié/ethnologue. On ne rigole pas avec les réfugiés. Afin si! Quand on est refugié aussi.

La pièce est jouée à l’ancienne comme le fait que le personnage porte le même nom que son acteur mais bien sûr avec une note de professionnalisme comme faire venir une musicienne du Japon juste pour la pièce.

Michael Sengazi nous briefe sur la pièce “On met le public allemand face à leurs propres ‘démons’. A un moment je suis ethnologue et je parle d’une « ethnie » en voie de disparition : l’allemand lui-même…et je les éduque sur eux-mêmes »

sengazi-allemagne-3Michael Sengazi sur scène 

La pièce de théâtre ? Une merveille ! « C’est 3 heures de show en français ou anglais avec 25 artistes dont 5 musiciens. C’est une grosse production, on fait venir des gens de l’autre bout du monde. Ils font venir une musicienne du Japon carrément ». Et du Rwanda par la même occasion.

Prochain rendez-vous à la fin de ce mois de Novembre pour une pièce de théâtre intitulé « we call it love », pas en Allemagne ni au Rwanda ou ailleurs mais à Carthage, en Tunisie. «  C’est une pièce en français où je joue un adolescent génocidaire. Il n’y a que 3 personnages. « We call it love » est une pièce basée sur une histoire réelle d’une mère qui part à la rencontre du meurtrier de son fils unique. La mère étant jouée par la talentueuse Carole Karemera directrice du Ishyo Art Center  et l’autre personnage est joué par Hervé Twahirwa. La pièce a déjà été jouée au Rwanda, au Congo, en Côte d’Ivoire, en France et bientôt à Carthage».

 

Carthage, c’est votre tour, sortez vos mouchoirs !

 

Miranda Akim’

Comments

comments