Melyse NZEYIMANA : « Après avoir cherché un emploi sans succès, j’ai décidé de créer ma propre entreprise »

Melyse NZEYIMANA : « Après avoir cherché un emploi sans succès, j’ai décidé de créer ma propre entreprise »

Melyse NZEYIMANA , jeune femme entrepreneure ©Akeza.net

Melyse NZEYIMANA, 29ans,  a fait la Psychologie Clinique à l’Université  des Grands Lacs .C’est après  avoir cherché de l’emploi sans succès qu’elle a décidé  de créer sa propre entreprise à partir de zéro. En  dépit de ses doutes au début, son entreprise de conception et graphisme «Emmanode» a marché.

 

Akeza.net : Pour ceux qui ne te connaissent pas, qui est Melyse ?

 

Melyse : Je m’appelle Melyse NZEYIMANA, j’ai fait la Psychologie Clinique à l’Université des Grands Lacs. Quand  j’étais encore en première candidature, je travaillais à l’imprimerie Mex. Après avoir terminé l’Université, j’ai cherché de l’emploi ici et là sans succès.

Comme j’avais travaillé chez Mex, j’avais quelques notions dans le domaine de conception et graphisme. L’idée m’est venue en tête de créer une entreprise de conception. C’est avec cette idée que je suis allée suivre une formation en entrepreneuriat avec New Generation. Après avoir été suffisamment formée, j’ai démarré ma petite entreprise «Emmanode».

 

Akeza.net : La plupart des jeunes ont des difficultés à trouver le capital de départ. Comment  as-tu trouvé le capital ?

 

Melyse : Mon premier capital était mon propre ordinateur que j’utilisais à l’Université. Au début, je n’avais pas d’adresse physique, je travaillais sans adresse fixe. Je  cherchais les clients ici et là dans la rue et je confectionnais  leurs produits  avec mon ordinateur à la maison. Après la confection, j’enregistrais sur mon flash disk et  je faisais imprimer les commandes ailleurs car je ne disposais  pas encore d’équipements .Petit à petit, j’ai évolué jusqu’à ce que j’arrive à louer mon propre bureau avec des équipements.

 

Akeza.net : Quels  problèmes as-tu rencontré lors du démarrage de ton entreprise ?

 

Melyse : Au début, j’ai connu plusieurs difficultés. La mairie me faisait payer la taxe municipale alors que j’étais encore au début. L’OBR passait chaque jour pour me demander la date d’ouverture de mon entreprise. Je n’avais pas de clientèle. Les clients, quand ils remarquaient qu’il n’y avait pas de matériels suffisants, ils préferaient aller de l’autre côté. En plus de cela, il y avait des clients mal intentionnés qui me demandaient les produits avec TVA mais ils ne voulaient pas  la payer à leur tour alors que l’OBR m’obligeait  de le faire. C’était juste pour m’induire en erreur. Les gens voulaient me profiter pour qu’à la longue j’aie un problème au niveau de la loi mais j’ai pu régler tout cela.

 

Akeza.net : Quel message pourriez-vous adresser à l’endroit des jeunes qui ont peur  de se lancer dans l’entrepreneuriat ?

 

Melyse : Qui ne risque rien n’a rien. Je leur conseille de vaincre la peur. Qu’ils se lancent sur la scène entrepreneuriale ! C’est bien de se lancer avec le peu qu’on a.

 

Akeza.net : Actuellement, ton entreprise arrive à un bon stade. Quelle est ton appréciation ?

 

Melyse : Aujourd’hui je suis à mesure de payer le loyer et mon personnel. Après toutes ces charges je parviens à faire quelque chose à la maison. C’est une avancée majeure.

 

Akeza.net : Merci pour l’entretien !

 

Melyse : Merci à vous !

 

Propos  recueillis  par Alexandre NDAYISHIMIYE

Comments

comments




3 thoughts on “Melyse NZEYIMANA : « Après avoir cherché un emploi sans succès, j’ai décidé de créer ma propre entreprise »

  1. nibizi diane

    Bravo, tu as ete courageuse, j aimerai pouvoir vaincre la peur
    merci pour nous partager ton message

  2. MUSHIRANZIGO Eliane

    Bravo ma chère Mélyse! je suis témoin de ton courage entrepreneurial. Je peux dire que la jeunesse burundaise manque ce courage de se lancer en création d’entreprises! Merci de partager ton expérience.

  3. MUSHIRANZIGO Eliane

    Je suis témoin du courage dont tu as fais peruve. Je crois que le vrai handicap et le véritable frein au développement de la jeunesse burundaise est le manque de courage entrepreneurial. Merci de partager ton expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.