MB Data: Le début de la fin ?

MB Data: Le début de la fin ?

Un jour de mai 2018, la bombe MB Data éclatait sur le Buja Fleva. Le morceau « Sindi Ikibamba » venait de sortir et le jeune chanteur, que personne ne connaissait vraiment jusqu’à lors, avait bousculé le « Game ». Avec une musique aux sonorités différentes de celles que l’on écoutait à l’époque, MB Data se positionnait comme l’un des ténors de l’industrie. 2 ans, plusieurs hits au compteur, un mariage plus tard et le divorce du producteur qui a mis sa carrière en selle (Amir Pro de MA Productions), la carrière de l’artiste semble avoir pris un coup de frein. Ses récentes sorties n’ont pas fait grand bruit. Sommes-nous en train d’assister à la chute d’un artiste qui montait pourtant si bien ?

 

Une machine à hit

 

L’arrivée de MB Data dans le Buja Fleva avait apporté une sorte de vent frais à la musique burundaise vers la fin des années 2010. Porté par le producteur Amir Pro et MA Production, le Data Boy avait réussi à s’installer parmi les meilleurs. Entre mai 2018 et avril 2020, ce ne sont pas moins de 11 morceaux que le jeune artiste a sortis et parmi ceux-là, des hits tels que « Ikibaju», «Rumata», «Vovota», «Kiramutuna» ou encore « Focus».

 

Le vent en poupe, MB Data se retrouve également sur de nombreuses collaborations. Il est présent sur les morceaux « Doda » et « On the Low » de DJ Paulin, « Nkuyakuya » du groupe Best Life, «Si igipiriri» de Tetero Laurette ou encore « Ibisebe » d’Ado Josan.

 

Bref, ce natif de Gatumba est partout. Prolifique à souhait, il fait pleuvoir la pluie et le beau temps. Son évolution laissait présager un avenir brillant dans cette industrie qui avait plus que jamais besoin de sang neuf.

 

Seulement, après deux années sous les couleurs de MA Production, MB Data disparaît des ondes avant d’annoncer sa séparation avec le label. Une nouvelle qui a surpris le public, mais également l’industrie. Brandissant son besoin d’indépendance, le chanteur décide de se mettre à son propre compte et de s’occuper lui-même de sa carrière.

Le chanteur va sortir successivement les morceaux « Igiporoporo » (juin 2020) et « Nokunangararako » (juillet 2020). Deux chansons qui vont avoir un peu de mal à décoller si on se réfère aux scores qu’ils ont faits sur YouTube.

 

Le début de la fin ?

Jusqu’à la sortie du morceau « Koma » en février dernier, MB Data avait des scores plus qu’honorables à chaque sortie de morceau. Ces scores connaissent une réelle baisse dès la sortie de « Yayaya » en avril. Et pourtant, ce dernier avait la prétention de devenir un hit puisque l’on y retrouve Kidum en collaboration. Ce flop (à l’échelle de MB Data) qui s’est suivi de son départ de MA Production a des allures de fin de règne pour le chanteur. Sa carrière semble désormais battre de l’aile sans que l’on en sache précisément les raisons.

 

Marvin Lee ARAKAZA, journaliste et ancien collaborateur de MB Data, donne son avis sur la question.
« Lorsqu’il était chez MA Production, MB Data avait la chance de travailler avec un grand nom de la musique comme Amir Pro. Un professionnel qui connaît et comprend la musique et le monde des artistes. Aujourd’hui, il est difficile de savoir comment fonctionne la carrière de MB Data. On ne sait pas exactement avec qui il travaille, ni comment il travaille, ni comment on peut le joindre, etc. Et c’est difficile pour un artiste de bien évoluer quand il n’y a pas de structure précise autour de lui. Cependant, on ne peut pas dire que c’est le déclin. Il est vrai que les choses semblent avancer au ralenti, mais le temps nous dira si véritablement l’artiste est sur la fin », dit-il.

 

Amisi Heros, animateur radio, pour sa part, attribue ce frein au fait que l’artiste n’ait pas encore trouvé le bon rythme pour conduire sa carrière. « Avant de devenir indépendant, MB Data ne s’occupait que de faire de la musique. Il ne s’occupait pas de logistique. Tout ce qu’il avait à faire, c’était d’écrire des chansons, aller en studio et faire des concerts. Aujourd’hui, il doit tout faire lui-même. Le studio, les clips, les réseaux sociaux et tout ce qui entoure sa carrière. C’est quelque chose de nouveau pour lui et cela va lui demander du temps pour maîtriser », explique l’animateur de Buja FM.

 

Prendre en main soi-même sa carrière est donc un exercice nouveau et particulièrement difficile pour le jeune chanteur. Malgré cela, il ne faudrait pas l’enterrer aussi vite, puisque selon l’avis de certains, c’est une question de temps. L’artiste devrait réussir à trouver le bon rythme à donner à sa carrière.

 

Mais au-delà de ce côté organisationnel qui s’impose à l’artiste, ne serait-ce pas le public qui se lasserait de sa musique ? Ne serait-ce pas une forme de désamour assumé de la part de ceux qui l’ont porté haut ? La question est posée et c’est à vous cher public d’y répondre.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments