Marché noir des devises : Quel bilan depuis le début de l’année ?

Marché noir des devises : Quel bilan depuis le début de l’année ?

Photo d’illustration 

Le dollar américain (US$) et l’euro (€), principales monnaies étrangères échangées sur le marché noir burundais des devises, ont enregistré depuis le début de l’année de sensible variations par rapport à la monnaie nationale, le franc burundais (Fbu). De 2950 Fbu et 3340 Fbu, au début de l’année, à 2355 Fbu et et 2760 Fbu, au début de ce mois de mai, respectivement, le dollar américain et l’euro ont connu de fortes baisses.

 

En effet, au cours du mois de janvier 2018, 1 US$ et 1€ s’achetaient sur le marché noir, respectivement, à 2950 Fbu et 3340 Fbu. Au cours du mois de février, la valeur de ces devises a chuté pour s’établir 2720 Fbu pour 1US$ et 3270 pour 1€.

Le franc burundais a continué à s’apprécier sur le marché noir en s’échangeant au cours du mois de mars et avril, en moyenne, à 2540 Fbu pour 1US$ et 3110 Fbu pour 1€. Au cours de ce mois de mai, la monnaie nationale a continué dans cette même lancée jusqu’à atteindre 2355 Fbu, le dollar américain, et 2760 Fbu, l’euro.

Lire aussi : Téléphone mobile : en 2017, le taux de pénétration a dépassé la barre des 50%

En ce qui concerne, le taux de change officiel pour ces deux devises, il a également varié, mais dans le sens contraire que celui du marché parallèle. Le dollar américain s’échange aujourd’hui, officiellement, à 1792 Fbu, et l’euro à 2216 Fbu, contre, respectivement, à 1781 Fbu et 2147 Fbu, au début de l’année.

Différentes raisons ont été déjà avancées pour expliquer cette sensible variation du taux de change sur le marché noir tels que la baisse de la demande de devises de la part des importateurs qui anticiperaient une crise liée aux échéances électorales en cours, chez les uns, et l’offre accrue des devises sur le marché noir, pour les autres, en évoquant notamment la forte injection des devises sur le marché de change par la Banque Centrale, en plus, des devises tirées des exportations des minerais ou encore les dollars que reçoivent les particuliers grâce aux transferts internationaux , notamment via Western Union.

Lire aussi : Économie : Commerce transfrontalier dans l’EAC, quel impact sur l’intégration régionale ?

En l’absence d’une étude très poussée, il serait difficile de connaître les facteurs réels à l’origine de ces variations. Mais ce qui est certain, la Banque Centrale, l’autorité monétaire du pays, est la seule à pouvoir déterminer la quantité des devises sur le marché et son origine, et delà, la seule à pouvoir interpréter les signaux émis par le marché de change.

Notons que le taux de change des monnaies étrangères a repris une tendance à la hausse. Aujourd’hui, sur le marché noir, 1$ s’achetait 2520 Fbu tandis que 1€ s’achetait 2910 Fbu.

 

Blaise NKURIYINGOMA

Comments

comments