Madame Christine NTAHE a reçu le prix FEMME COURAGE 2013

Madame Christine NTAHE a reçu le prix FEMME COURAGE 2013
Mme Christine NTAHE prend la pause avec l'ambassadrice des États-Unis au Burundi (www.akeza.net)

Mme Christine NTAHE prend la pause avec l’ambassadrice des États-Unis au Burundi (www.akeza.net)

Lundi, le 25/03/2013, l’Ambassade des Etats unis d’Amérique au Burundi a octroyé à Madame Christine NTAHE le prix FEMME COURAGE 2013.Les personnalités comme Jeanne GAPIYA, Athanase RWAMO et d’autres étaient là  et n’ont pas manqué de témoigner du  grand cœur de cette brave femme qui se donne corps et âme alors que les moyens ne suivent pas toujours.

 

Christine NTAHE surnommée Maman Dimanche  est une journaliste  à la retraite. C’est une femme d’une étoffe rare  reconnue et investie notable alors que c’est  une institution traditionnellement très conservatrice et exclusivement réservée aux  les hommes. De  part sa force de caractère, Mme Christine NTAHE s’investit depuis plusieurs années pour venir en aide aux enfants  les plus démunis.

 

 

 

Après son allocution, Madame l’Ambassadrice a remis un certificat à Christine NTAHE. ‘’ Je suis très surprise, très émue, de recevoir de la part de l’ambassade des Etats unis d’Amérique un prix qui honore les unes des actions menées an faveur des enfants, les enfants de la rue en particulier. Comprenez bien que c’est un sentiment de joie, de gratitude au regard de ce que nous faisons. Pour Bon Geste (son association), c’était une occasion très rare de nous rendre compte  que nous sommes reconnus.  J’ai eu l’occasion d’échanger avec l’ambassadrice. Aussi, lors de la remise du prix,  j’ai appris que c’est parce que je m’investis malgré le manque de  moyens’’, se confiait-elle au micro de nos confrères de la RPA.

 

Christine NTAHE avec son association BON GESTE ne bénéficient d’aucun financement. Cela n’empêche pas que chaque dimanche, plus de 30 enfants de la rue se retrouvent chez elle pour partager le repas. Bien qu’à la retraite, Christine NTAHE se passe de la grasse matinée. Elle  s’est donné le devoir d’aller chaque matin près de la route à NGAGARA pour faire traverser les écoliers. ‘’Un jour je me suis absentée et un gamin a été renversé par un véhicule, je me suis sentie coupable »disait-t-elle au journal Iwacu dans son édition spéciale.

Vous saurez que ça fait 34 ans qu’elle suit au quotidien les enfants en difficulté .Malgré l’âge, vous la verrez sous un soleil de plomb, sans déplacement entrain de veiller partout dans la capitale auprès des enfants accroupis dans les dépotoirs pour chercher de quoi mettre sous la dent. Le weekend, elle retrouve bénévolement le micro, histoire de rester aussi ensemble avec les enfants de l’autre classe de vie.

 

Akeza.net vous  félicite Madame et vous dit merci pour tous ce que vous faites pour la société.

 

Armand NISABWE

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.