L’octroi d’une carte de service aux domestiques divise toujours

L’octroi d’une carte de service aux domestiques divise toujours

Nestor Ntakarutimana,Secrétaire General  d’Iwacu Services ©Akeza.net

La distribution des cartes de service aux travailleurs de maison moyennant une somme de 8500FBU est en cours bien que les concernés ne l’entendent pas de la même façon. IWACU services,une des  associations regroupant ces derniers avance que ce travail suscite beaucoup d’inquiétude. Pour eux , l’implication de toutes les parties prenantes est  une nécessité pour que ce travail soit crédible, sinon la transparence n’est pas garantie.

 Selon  Ntakarutimana Nestor, le secrétaire général de l’association IWACU services, on n’a pas impliqué les associations des travailleurs de maison pour que cette question de montant y relatif soit débattue ensemble en présence de toutes les parties prenantes. Ce qui suscite des inquiétudes,poursuit-il,c’est le fait que ce travail est effectué par un soit disant collectif des associations des domestiques alors que ce n’est pas le cas. «Nous ne reconnaissons pas cette dernière comme telle”, interjette-t-il.

Disposer d’une carte de service une très bonne initiative. Mais il est question de s’entendre sur les modalités de paiement afin d’avoir cette carte.Des grognes se font entendre ici et là que ce soit au niveau des associations des domestiques et chez les domestiques eux-mêmes. «On exige une somme très élevée. On n’a pas tenu compte de notre maigre salaire. Il fallait fixer une somme abordable à tout le monde», grogne Ezéchiel, un groom que nous avons trouvé sur place.

La question de l’insécurité est à l’origine de la  distribution de ces cartes afin de pouvoir identifier tous les domestiques ainsi que leursdomiciles respectifs. Au niveau de l’association, des inquiétudes ne manquent pas

«Il se pourrait qu’une somme de 500FBu soit exigée aux domestiques à la fin de chaque mois. Une autre question qui reste toujours en suspens au niveau de notre association c’est la destination de ces 8500 Fbu payés par un groom pour avoir accès à la carte. Rien ne montre que ce montant entre dans la caisse de l’Etat»,se lamente Nestor.

Il poursuit : «la question de sécurité nous incombe tous, personne ne peut nier qu’il y aurait des malfaiteurs qui se cacheraient parmi nos membres.  Si l’octroi de la carte est la seule solution pour pallier à cela, il fallait impliquer toutes les associations regroupant les domestiquessans exception aucune ».

Alexandre NDAYISHIMIYE

Comments

comments