Littérature : Rencontre avec Inès-Ornella NGABIRE, lauréate du prix RUMURI 2017

Littérature : Rencontre avec Inès-Ornella NGABIRE, lauréate du prix RUMURI 2017

C’est l’histoire de Madame « D », une trentenaire entrepreneure à succès à la tête d’une entreprise de publicité. Grande, avec un regard perçant, elle faisait trembler tout le monde à son passage. Le succès de son entreprise aidant, elle était sur le point de signer un contrat juteux avec un nouveau client. Lorsqu’elle se souvint de ce dernier: c’était le gamin dont le père avec massacré la famille de Madame “D” des années auparavant. Comment signer un contrat avec une telle personne ? Quelle décision prendre ? Vengeance ou pardon ? Avancer vers l’avenir ou prendre sa revanche ?

Nous avons rencontré l’auteur, Inès-Ornella NGABIRE.

Akeza.net : S’il fallait faire ta présentation, que faudrait-il dire de Mlle Ornella ?

Ornella : Je m’appelle NGABIRE Inès-Ornella, j’ai fait le droit à l’université du Burundi. J’aime écrire, surtout des textes courts. Lors de la dernière édition du prix Littéraire RUMURI, j’ai décidé de me lancer. J’ai proposé une nouvelle intitulée « Rappelle-toi de ta promesse », juste pour participer. Quelle ne fût ma surprise lorsque j’appris que j’avais gagné !

Akeza.net : Belle histoire, félicitations. Est-ce que tu t’es inspirée d’une histoire vraie ?

Ornella : Merci beaucoup. Non, ce n’est pas tiré d’une histoire vraie, c’est le produit de mon imagination. Je sais que cela parait surréaliste avec les détails dans mon texte. Même mon père a eu la même réaction.

Lire aussi : Littérature : A 19 ans,  Joëlla Sayubu  remporte le Prix Michel Kayoya

Akeza.net : Etait-ce ta première nouvelle ou tu t’étais déjà essayée à l’écriture sous d’autres formes ?

Ornella : Oui c’est bien ma première nouvelle. Cependant bien avant quand j’étais encore à l’école secondaire, j’aimais bien écrire des poèmes sur différents sujets. Je ne m’imaginais pourtant pas capable d’écrire une nouvelle. Je me disais toujours que les longs textes ce n’était pas pour moi mais dès que je me suis lancée, c’est pratiquement impossible de m’arrêter. C’est comme lire : j’ai du mal à m’arrêter avant le point final.

Rencontre avec Inès-Ornella NGABIRE, lauréate du prix RUMURI 2017 @Akezanet

Akeza.net : Quel a été ton sentiment lorsque tu as appris que ta nouvelle avait été sélectionnée ?

Ornella : UNE SURPRISE TOTALE. Je ne m’y attendais pas du tout. J’avais été conviée aux cérémonies de remise des prix en pensant que tous ceux qui avaient participé à la compétition devaient y être. Quand vint le moment de primer les lauréats, on avait commencé par la 5e place. Lorsqu’à la 1ère place j’ai entendu mon nom ça m’a pris quelques secondes pour réaliser que c’était moi qu’on appelait. Une grande et agréable surprise.

Lire aussi : A la rencontre des entrepreneures d’Ish’Tri Company, l’entreprise qui a gagné 10000€

Akeza.net : Très peu de burundais écrivent. Qu’est ce qui t’a donné l’envie ou le courage de t’y mettre ?

Ornella : Oui très peu et c’est dommage. Moi j’aimais déjà écrire donc cela n’a pas été trop difficile. Et la possibilité d’être lue m’enchantait.

Akeza.net : Quelle est ta relation avec l’écriture ? Quels sont tes ambitions dans ce domaine ?

Ornella : L’écriture est une passion que j’ai découvert assez tôt parce que j’aimais plus écrire que parler. J’étais timide. Mes ambitions sur l’écriture, eh bien je travaille actuellement sur quelque chose. Laissons mijoter.

Akeza.net : Quelque part dans votre histoire, il s’agit d’une femme célibataire de 30 ans, qui a bien réussi sa vie et qui se prépare son petit déjeuner tout de même. Au Burundi ? Vraiment ?

Ornella : Oui au Burundi. Je vois la femme burundaise qui évolue. Notre société prend beaucoup de l’occident. Moi je me vois bien plus tard me préparer mes petits plats.

Propos recueillis par Elvis NDAYIKEZA

Comments

comments