Les pires délires que j’ai faits quand j’étais bourré (e)

Les pires délires que j’ai faits quand j’étais bourré (e)

Photo d’illustration: un homme ne pouvant plus tenir debout à cause de l’alcool ©Akeza.net

Le weekend vient de toucher à sa fin, on quitte le monde de la fête pour une nouvelle semaine de travail. Pour certains, c’est à peine s’ils se souviennent de ce qui s’est passé durant le weekend tellement ils avaient bu. Ils nous racontent leurs nuits embaumées d’alcool jusqu’à en perdre la connaissance.

Lire aussi : Les histoires les plus hilarantes des femmes sur le point d’accoucher

Une minute avant, vous sirotez un verre dans une boite de nuit et l’instant d’après vous vous réveillez quelque part ailleurs comme par magie. « L’alcool, ce n’est pas de l’eau » dit-on. Certes au réveil, il vous semble avoir fait « quelque chose ». Eh ben si vous doutez de vous, vos amis ou votre téléphone vous le rappelleront :

« Une fois j’étais dans une boite de nuit complètement saoul et la seule chose dont je me rappelle c’est que je me suis réveillé dans mon lit. Mes amis m’ont dit plus tard qu’ils m’avaient ramené à la maison puisque je commençais à être bruyant» raconte Sylvain.

« J’ai eu la force de me réveiller trois fois pour vomir. Au petit matin, je ne me souvenais même pas que j’ai vomi » dit Nestor.

« D’un seul coup je suis devenue anglophone. Moi qui suis timide et pauvre en anglais de nature, j’arrivais à parler (fort, voire très fort) en anglais » nous a confié Nadine.

« J’ai dormi les fesses à l’air, je disais qu’il faisait constamment chaud » a répondu Moussa.

« J’ai sauté par-dessus la clôture alors que la porte était grandement ouverte. Peut-être qu’ils ont tardé à ouvrir, je ne me rappelle plus » se rappelle Lydie.

« Arrivée à la maison, vraiment bourrée, ma mère m’a trainé jusqu’à la salle de bain. Je lui ai dit que je revenais, je suis allée dans ma chambre, j’ai pris mon parapluie et je suis retournée dans la salle de bain. J’ai ouvert le parapluie et je me suis assise par terre » raconte Déborah.

« J’ai demandé à mon père (que je pensais être ma sœur)  en chuchotant si mon père était déjà rentré » se souvient Annie

« J’ai dépensé une très grosse somme d’argent, plus que prévu en tout cas. Le lendemain, au retrait, il n’y avait rien. Juste un zéro qui s’affichait » se rappelle avec tristesse Célia.

Miranda AKIM’

Comments

comments