«Les personnes handicapées peuvent contribuées au développement du Burundi »

«Les personnes handicapées peuvent contribuées au développement du Burundi »

«Les personnes handicapées peuvent contribuées au développement du Burundi » ©Akeza.net

Ce mardi 3 décembre 2019, le Burundi célébrait la Journée Internationale des Personnes Handicapées. C’est la ville de Gitega qui a accueilli cet évènement qui pour la première fois aura connu une grande mobilisation et la présence du 1er Vice-président de la République, Mr Gaston Sindimwo. Mis sous le thème : « Favoriser la participation sociale des personnes handicapées et leur pouvoir d’agir : un geste à la fois », cette célébration était l’occasion de rappeler le rôle important que peuvent jouer les personnes handicapées dans le développement du pays.

 

C’est à Gitega, la capitale politique, au Centre du pays dans un stade Ingoma bondé que se sont tenues les cérémonies de célébration de la Journée Internationale des Personnes Handicapées. De nombreuses associations de personnes handicapées, des personnalités de l’administration publique, des diplomâtes et les populations de la ville Gitega et des communes environnantes étaient présents pour cette grande journée. Pour Léonard Nkunzumuhari, Directeur Exécutif de l’Union des Personnes Handicapées du Burundi, c’est une grande satisfaction de voir que le public et les autorités répondent massivement à cet évènement. « Je suis satisfait de la réussite de cette journée. C’est la première fois que cette journée soit célébrée au niveau national et à grande échelle et il était important que nous puissions réunir tout ce monde autour de la cause des personnes handicapées», dit-il.

Des jeunes aveugles du centre “Urumuri” chantant lors de la Journée Internationale des Personnes Handicapées ©Akeza.net

Une amélioration des conditions

Au fil des années, la situation des personnes handicapées au Burundi, s’est considérablement améliorée, comme l’indique Cassien Bizabigomba, Président de la Fédération des Associations des Personnes Handicapées du Burundi (FAPHB) et qui s’exprimait au nom des autres Collectifs des Organisations et Centres des personnes handicapées. Quoi que la stigmatisation des personnes handicapées reste encore perceptible dans la société burundaise, force est de constater certaines choses ont évolué. Il a cité entre autre la possibilité qu’ont aujourd’hui les élèves handicapés de participer aux examens nationaux, l’accès aux soins pour les enfants handicapés ou encore l’accès à l’emploi et à l’éducation pour les personnes handicapés. « Depuis 2009, les associations réunissant les personnes handicapés ont réussis à travailler à leur développement à celui de leurs membre »,a-t-il dit.

Pour sa part, le Ministre des droits de la personne humaine, des affaires sociales et du genre, Monsieur Martin Nivyabandi, a rappelé que le soutien aux personnes handicapés est un devoir civique qui incombe à tous les burundais. Marquant le fait que le véritable handicap est celui du cœur qui ne considère pas celui qui est en difficulté physique. Ceux-ci sont, selon lui, des freins au développement du pays.

Des judokas du Club Handisport Turashoboye en démonstration lors de la Journée Internationale des Personnes Handicapées ©Akeza.net

Prenant la parole lors de cet évènement, Gaston Sindimwo, 1er Vice-président de la République, est revenue sur les réalisations de l’Etat burundais en faveur de personnes handicapées. Il a mentionné le fait que depuis 2010, les organisations des personnes handicapées ont pu bénéficier d’aides à hauteur de 360 millions par an pour les aider à mettre en place leurs différents programmes. Plus de 12000 personnes ont reçu une aide en prothèse, orthèse et autres matériels d’aide à la mobilité. Par ailleurs, 1605 maisons ont été construites pour des personnes handicapées, 1500 personnes handicapées ont eu accès à des formations dans différents secteurs. Notamment la couture, l’informatique ou encore la soudure. Il a également précisé que les personnes formées ont reçues des fonds pour entreprendre dans leurs domaines de formation.

Autant de réalisations qui tendent à prouver une amélioration dans la prise en charge des personnes handicapées, leur insertion effective dans la vie active et leur participation au développement du pays.

 

« Il y a encore beaucoup à faire »

Certes, il s’observe une évolution effective dans la prise en charge des personnes handicapées. Cependant, il faut noter que le chemin reste long vers la fin des stigmatisations envers les personnes handicapées. Comme l’a mentionné Cassien Bizabigomba. « Les personnes handicapées sont capable d’apporter leur pierre au développement du pays. Cependant nombreuses sont celles qui sont encore marginalisées et stigmatisées dans la société. Il y a encore de nombreuses familles au sein desquelles les enfants handicapés sont traités différemment des autres enfants. Ils ne sont pas enregistrés à l’état civil, ne bénéficient de soins appropriés et ne sont pas envoyés à l’école. D’un autre côté, ceux qui ont pu faire des études sont encore considérés comme des incapables et candidats à l’aide. Ce qui les empêche de trouver du travail et contribuer à leur propre progrès et à celui du pays », explique-t-il.

Parmi les actions à entreprendre pour appuyer l’intégration des personnes handicapées dans la vie active, Mr Bizabigomba a notamment mentionné l’implication de l’état dans la facilitation de l’accès à l’éduction et aux soins, l’adaptation des infrastructures, tant publiques que privées, pour permettre un accès facile aux personnes handicapées. Il a par ailleurs sollicité un plaidoyer  à tous les niveaux de prise de décision en faveur des personnes handicapés.

Le 1er Vice-Président de la République et les membres du Comité National pour les Personnes Handicapées au Burundi ©Akeza.net

En réponse à ces demandes, le 1er Vice-président de la République a fait savoir que des textes ont été adoptés par le parlement pour favoriser le quotidien des personnes handicapés au Burundi. Il s’agit notamment de la loi n°1/03 du Janvier 2018 portant promotion  et protection des droits de personnes handicapées au Burundi. En outre, un Comité National pour les Personnes Handicapées au Burundi a été mise par décret depuis le 9 août 2019. Cette organe aura, entre autre, pour mission de relayer les préoccupations des personnes en handicap et de plaider pour l’amélioration de leur condition.

Au terme de cette journée, nous retiendrons la volonté des personnes handicapés à plus de dignité, de respect et de considération. Une manière d’affirmer qu’elles ont un rôle à jouer dans la marche vers le développement durable du Burundi

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments