Les Chroniques du Vagabond : « L’emmerdeuse, la salope et la pute »

Les Chroniques du Vagabond : « L’emmerdeuse, la salope et la pute »

Les Chroniques du Vagabond : « L’emmerdeuse, la salope et la pute » ©Akeza.net

Vous l’aurez bien compris, aujourd’hui on va aller dans les profondeurs. Je sais ! Je prends un risque. Mais “qui ne risque rien n’a rien”, dit-on (c’est complètement HS, je l’avoue. Mais j’avais envie de la placer. Et puis je fais ce que je veux non ? lol). Mesdemoiselles, vous n’allez pas trop aimer mais tant pis, il faut que j’en parle. Les mecs ont bien le droit de le savoir, enfin pour ceux qui ne le savent pas encore. Dans la vie de tous les jours, il existe trois types de femmes, trois catégories qu’il faut comprendre si l’on veut s’en sortir dans le monde des relations homme/femme. J’ai cité « l’emmerdeuse, la salope et la pute ». Et croyez-moi, lorsque vous l’aurez compris, vous ne verrez plus les choses de la même manière. Alors à vos papiers et stylos, le cours va commencer.

 

L’emmerdeuse

Tout homme habitué à fréquenter des femmes ou ayant connu des relations un peu plus intimes avec celles-ci connait bien celle que j’appelle « L’emmerdeuse ». Cette fille qui ne vous lâche jamais. Une fois qu’elle a jeté son dévolu sur vous, vous devenez automatiquement l’objet de tous les fantasmes. Pour elle, vous êtes le centre du monde, que dis-je, le centre de l’univers. Elle est prête à tout pour vous. Quitte à se dépouiller pour vous faire plaisir. Quelques soit l’heure du jour ou de la nuit, elle est disponible pour vous. Et quand il s’agit de sexe, vous êtes le seul « digne » de visiter son jardin secret. Au grand dam de tous les prétendants qui peuvent lui tourner autour. Elle vous est totalement dévouée.

Pour « l’emmerdeuse », ce qui compte ce n’est pas vos sentiments pour elle, ce sont le siens pour vous. Et tant pis si vous ne lui accordez aucune attention, elle en a assez pour vous deux. Vous aurez beau la repousser, lui faire comprendre que vous ne voulez pas d’elle, cela ne changera rien. Elle est là pour rester. Et ce n’est pas rare d’entendre une emmerdeuse dire « même s’il ne veut pas de moi, je l’aime quand même». Triste de l’entendre lorsque l’on sait qu’elles finissent par partir le cœur complètement en miette à force de forcer les forces qui ne sont pas à forcer (clin d’œil à Mista Champagne).

Présentée comme ça, on pourrait presque se dire qu’elle est inutile et indésirable. Loin de là ! Les hommes ne me contrediront pas mais l’emmerdeuse a son utilité et pas des moindres. C’est peut-être péjoratif mais c’est une véritable solution de replis lorsque les choses vont mal à tous les niveaux. Affectif, sexuel, financier même lorsqu’on a juste envie de tuer le temps, elle est là. Elle en a sauvé plus d’un. Si on ne veut pas toujours être avec elles, elles deviennent vite nos confidentes et ce n’est que bien.

 

La salope

Avant toutes choses, retenez ceci : « pour la salope que vous suivez, c’est vous l’emmerdeur ». Maintenant que c’est dit, parlons un peu de celle-ci.

Si chaque homme a son emmerdeuse qu’il ballotte dans tous les sens comme un yoyo, il a également sa part de souffrance en retour. Et on va l’appeler la salope. Cette fille qui ne vous donnera jamais ce que vous voulez. Vous aurez beau multiplier les attentions, les gestes altruistes et galants, vous pourrez même être son chevalier servant, rien n’y fait. Vous n’aurez rien, nada, nothing, ntanakimwe. Moyens ou pas moyens, votre cause est perdue d’avance.

Pourtant elle n’est pas méchante. Oh non ! Elle est même très gentille. Souriante et douce, elle ne vous dira pas d’aller voir ailleurs si elle y est. Non, elle est beaucoup trop raffinée pour ça. Elle vous repoussera avec douceur et intelligence. Aucune animosité, aucune violence, juste la distance qu’il faut pour que vous approchiez pas trop et en même temps que vous n’alliez pas trop loin. Il y a des avantages à avoir un chevalier servant. Alors vous serez là sans vraiment l’être. Une main à l’intérieur et le corps à l’extérieur.

« Ce n’est pas que je ne veux pas, mais ce n’est pas le moment », un mantra chez les salopes.

Mais le plus énervant avec la salope c’est qu’elle vous donne de l’espoir. Elle le nourrit et l’entretient. Et pire, ce qu’elle vous refuse, elle le donne à d’autres, à tous les autres même, sauf à vous (oui ! Je parle de sexe. On est adulte non ?). Vous devenez une sorte de marginal. Et pour l’orgueil d’un homme c’est une grande humiliation.

Mais malgré cette humiliation, on ne lâche pas l’affaire. C’est surement cette assurance masculine qui nous convainc qu’on l’aura à l’usure et que l’on pourra parader avec le joli trophée qu’elle est. Et l’on oublie que la salope est une veuve noire, elle tue les égos.

 

La pute

Certainement la plus réaliste de toutes. La pute assume, la pute s’assume.

Pas besoin d’artifices, pas besoin de subterfuge pour la convaincre. Celle que tout le monde peut prendre à sa guise, a compris une chose importante : « Quand on a une chose, on la partage ». Agent libre œuvrant pour le bien de la communauté masculine, la pute ne se fait pas prier. Elle n’est pas capricieuse , encore moins exigeante. Il en faut peu pour la rendre heureuse, si ce n’est la garantie de lui faire passer un bon moment. « Et d’ailleurs, pourquoi ne pas donner à Paul si j’ai donné à Jean ? N’est-ce pas une question de plaisir ? » dira-t-elle.

Croyez-moi, aucun homme – en dehors des plus pieux et vertueux d’entre nous – ne dirait non à la pute. Surtout lorsque celle-ci a les arguments physiques pour faire valoir son point de vue.

Le problème avec la pute, c’est qu’elle est un peu trop généreuse. Une vraie mère Theresa des chambres à coucher. Elle ne dit presque jamais non – sauf à son emmerdeur –, ce qui pose un problème de disponibilité et de confiance. Du reste, on n’a pas besoin de faire confiance à une pute, on prend ses dispositions pour ne pas se mettre en danger. Et pas question de vouloir en faire sienne, cela a tendance à la faire fuir. En gros, on passe du temps avec elle mais on ne s’y attache pas. Ça pourrait mal se finir.

 

Mais si je parle de ces catégories de femmes, sachez qu’elles ne sont pas fixes. En vrai, elles sont interchangeables puisque l’emmerdeuse d’un homme peut être la salope d’un autre et la salope d’un homme peut être la pute d’un autre et vice versa. En tous cas, il vaut mieux savoir à qui l’on a affaire, ça nous évite bien des tracas.

 

Sur ce, passez un bon week-end et prenez soin de vous.

 

Le Vagabond

Comments

comments