L’école «Le Sourire » de Ruyigi : «Un enfant qui lit sera un adulte qui pense»

L’école «Le Sourire » de Ruyigi : «Un enfant qui lit sera un adulte qui pense»

Du haut de ses dix ans d’existence, l’école «Le Sourire» de Ruyigi se veut être un établissement où se dispense un enseignement de qualité pour un avenir meilleur.Dans le cadre de la célébration de son dixième anniversaire, cette école lance une campagne de collecte de livres de lecture pour les enfants âgés de 3  à 15 ans.

 

L’école « Le Sourire » de Ruyigi voit le jour en 2011 grâce à l’initiative de l’avocate Suavis CITEGETSE. Ambitieuse, elle ne veut pas seulement se consacrer à son métier d’avocate.  «J’ai eu l’idée de créer cette école afin de promouvoir l’école pour tous dès la petite enfance. J’étais touchée par le fait de voir que la plupart d’enfants de ma province natale n’ont pas accès à l’éducation préscolaire qui est  nécessaire», explique Me Suavis CITEGETSE.

 

L’avocate Suavis CITEGETSE, fondatrice de l’école “Le Sourire” de Ruyigi. ©Akeza.net

 

Même si au début de l’initiative Me Suavis CITEGETSE est toute seule,  elle sera après aidée par  des parents, des amis et connaissances. Pour assurer un bon fonctionnement de l’école, la  fondatrice de l’école mettra en place un personnel composé d’un conseil d’administration et un staff avec lequel elle reste en contact. Aujourd’hui cette école compte un cycle primaire complet avec  410 élèves dont 212 filles et 198 garçons.

 

Faire d’une pierre deux coups

 

Afin de contribuer au bon fonctionnement de l’école « Le Sourire », Me Suavis CITEGETSE a aussi créé l’atelier « Le Sourire plus » où l’on fabrique du détergent liquide, des sacs à mains, des bijoux et différents articles de décoration à partir des perles.  «Une partie des bénéfices est affectée à l’extension de l’écoleainsi qu’à l’achat des équipements», fait-elle savoir.

L’avocate Suavis CITEGETSE, à l’intérieur de son atelier “Le Sourire plus”. ©DR

 

Selon toujours  Me CITEGETSE, l’autre objectif de cette unité de production est la  création d’emplois pour les jeunes. «J’ai voulu contribuer à la réduction du taux de chômage au Burundi en leur  donnant une occupation. Les élèves qui sont en vacances apprennent eux aussi à fabriquer des sacs à mains, colliers et différents articles de décoration. Ils commencent alors l’année scolaire étant capables de s’acheter les matériels scolaires,  de payer le minerval et tout ce dont ils auront besoin pour leur scolarisation», dit-elle.

 

La lecture au cœur de l’éducation pour tous

 

La célébration des  dix ans d’existencede cette école coïncide avec la campagne de collecte des livres de lecture pour les enfants. «Nous nous sommes inspirés des mots de Flore Vasseur : «un enfant qui lit sera un adulte qui pense». Nous voulons donc que nos élèves se ressourcent dans ces livres pour qu’ils grandissent avec un esprit de recherche, de créativité, d’innovation et surtout d’entrepreneuriat afin qu’ils soient utiles à la nation et au monde entier», confie-t-elle

 

Me Suavis CITEGETSE, fondatrice de l’école “Le Sourire” de Ruyigi avec des enfants en train de lire. ©Akeza.net

 

Ceux qui ne peuvent pas avoir des livres pourront contribuer autrement en achetant par exemple les produits de Sourire Plus en l’occurrence des sacs à mains, bijoux, articles de décoration divers, détergents etc. «Le bénéfice sera affecté à l’achat des livres », souligne Me CITEGETSE.

 

Pour ceux qui sont au Burundi qui veulent donner un, deux ou plus de livres à l’école Le Sourire de Ruyigi, ils peuvent trouver sa fondatrice Me Suavis CITEGETSE au quartier Rohero 2, Boulevard de l’UPRONA, numéro 91, bureau 206 ou la Directrice de l’école Le Sourire au quartier Sanzu 2 de Ruyigi. Pour ceux qui sont à l’étranger, Me CITEGETSE propose de  donner leurs livres à ceux qui viennent  au Burundi.

 

La célébration des dix ans d’existence de l’école le Sourire de Ruyigi est prévue le 19 septembre 2021 à Ruyigi.

 

Melchisédeck BOSHIRWA

Comments

comments