Le top model Leila Ndabirabe se raconte : « J’ai de la chance, vous savez »

Le top model Leila Ndabirabe se raconte : « J’ai de la chance, vous savez »

Le top model Leila Ndabirabe

Dans une interview accordée à la journaliste Kristi Garced  du magazine Women’s Wear Daily (WWD) souvent décrit comme « la bible de la mode » le top model au parcours atypique Leila Ndabirabe raconte l’histoire de son ascension  dans ses propres mots, au regard des gens autour d’elle, en particulier sa mère et ses amies. C’est l’histoire que tout journaliste voudrait avoir !

 

En toute humilité, le top model d’origine burundaise qui tutoie les sommets, habituée de tous les grand rendez-vous de la mode à l’échelle planétaire préfère y voir un coup de chance. « J’ai de la chance, vous savez? » dit-elle. «Ce n’est pas parce que je suis la plus belle. C’est parce que je suis chanceuse, et parfois, quelque chose de bien vous arrive et vous ne savez pas dire pourquoi ».

 

Leila Nda défile au Derek Lam Fashion /Spring Summer Collection 2016 / New York

Leila Nda défile au Derek Lam Fashion Show /Spring Summer Collection 2016 / New York

Comment as-tu commencé avec la mode ?

 

J’ai été découverte dans la rue quand j’avais 16 ans. J’ai croisé ce type d’un magazine français qui m’a dit «Je vais te  donner ma carte. Appelle-moi si tu veux». Mais ma mère m’a dit « Jamais! Ce n’est pas pour toi ! Tu dois aller à l’école»!

 

De par son origine africaine, elle avait peur de l’industrie de la mode – elle pensait que ce serait des photos nues [ou trafiquées] ou quelque chose comme ça. Elle disait: «Tu peux le faire, mais ne poses jamais toute nue!» Maintenant, elle me comprend mieux.

 

Quand j’ai commencé à défiler, je faisais en même temps ma première année de droit à l’université. Je lui ai dit «Maman, je fais ce que tu veux que je fasse – des études de droit. Mais personnellement, je veux aussi être un mannequin».Je suis allé voir une agence en Belgique et ils m’ont signé. Depuis lors, ma mère est vraiment fière … .Elle sait que je suis le premier mannequin [majeur] originaire du Burundi.

 

Leila Nda défilant pour Victoria Secret 2015

Leila Nda défilant pour Victoria Secret 2015

As-tu déjà visité ton pays natal depuis ?

 

Mon cœur est là-bas en Afrique, car c’est là que j’ai grandi. J’y suis allé deux fois pour rendre visite à la famille, mais cela ne suffit pas. Dans mon pays, tellement de filles sont vraiment grandes et minces – toutes les filles sont comme moi. Mais lorsque tu grandis en Afrique, la beauté signifie avoir des formes voluptueuses.

 

Je n’ai pas  courbes du tout. Je me sentais comme s’il me manquait quelque chose. J’essayais  difficilement de prendre du poids. Puis quand je suis allé en Europe, tout le monde me disais, « Tu es tellement mince et jolie. » A ce moment-là je me suis dit « Oh, enfin. » La définition de la beauté dépend étrangement d’où tu te trouves.

 

Le top model Leila Ndabirabe

Le top model Leila Ndabirabe

Qu’as-tu appris de plus important dans cette carrière ?

 

Tout le monde est joli, et la chose la plus importante est d’apprendre à avoir de l’assurance. J’étais si timide [au début]. Je n’arrivais pas à m’imaginer en mannequin. Alors je me disais, « Oh mon Dieu, peut-être que ma place n’est  pas  ici ».

 

En réalité, tu dois être capable de te dire: «Ma place est ici, j’ai quelque chose à offrir». Et il y a tant de choses à apprendre sur le monde de la mode – designers, stylistes, qui fait quoi … c’est un travail à temps plein.

 

C’est ce que je dis à ma mère et à mes amis, parce que les gens loin de cette industrie ne comprennent pas – ils pensent qu’il suffit  juste de poser. Il s’agit de construire une relation avec les clients, [apprendre] à être professionnel … Parfois, tu es tellement fatigué, mais tu ne peux pas le montrer. Il ne suffit pas d’être joli. C’est vraiment  un travail à temps plein.

 

Leila Nda for Dolce & Gabbana S/S 2015

Leila Nda for Dolce & Gabbana S/S 2015

Traduction par Landry MUGISHA

Comments

comments




One thought on “Le top model Leila Ndabirabe se raconte : « J’ai de la chance, vous savez »

Les commentaires sont fermés.