Le top de décla de la conférence de presse du nouveau sélectionneur

Ahcene Aït-abdelmalek, nouveau sélectionneur du Burundi.©Akeza.net

Ahcene Aït-abdelmalek, nouveau sélectionneur du Burundi.©Akeza.net

 

Ahcene Ait-Abdelmalek, le nouveau sélectionneur du Burundi, a tenu sa première conférence de presse. Une rencontre riche en déclaration. On aura retenu son franc-parler. Il est clair, il exige de la discipline.

 

 

«Je ne suis pas là pour me justifier, au contraire je suis là pour informer l’opinion public. Quand on informe, on donne une information. Je connais l’Afrique. Ne donnez pas de fausses informations. Avant de dire une chose, demandez-lui. Je n’aime pas qu’on salisse mon image.»

 

 

« Je suis là pour toutes vos questions, 24/24h. Les medias, c’est très important, c’est un bien de tout le monde. Les medias, vous êtes appelé à travailler professionnellement. Sinon vous allez nous pousser à vous bouder. Je ne suis pas supposé parler de tous cela. Je le dis par expérience africaine. Aidez-nous dans notre travail aussi, il n‘ est pas facile.»

 

 

«L’image de l’équipe nationale, c’est le championnat local. On est appelé à faire une analyse des joueurs locaux.»

 

 

« Je ne vais pas dire aux gens que l’on va tout gagner. Il nous faut d’ abord l’organisation. On est appelé à faire un travail de titan. Il faut retrousser les manches, il faut travailler dur.»

 

 

«L’équipe nationale, ce n’est pas une affaire du staff technique. C’est une affaire de tout le monde. Tous les burundais sont concernés.»

 

 

« Je suis fier de porter vos couleurs nationales, mais également, j’ai de lourdes responsabilités. Je n’ai pas droit à l’erreur.»

 

 

« Vos critiques je les accepte, mais ne critiquez pas ma personne. J’aime du respect. Je travaille pour votre pays. Le respect mutuel est exigé. Il ne faut pas à chaque fois parler pour parler. C’est comme cela que les grandes nations avancent.»

 

«Je ne suis pas un dictateur, je suis quelqu’un qui est venu partager mon savoir-faire. Etre sélectionneur, ce n’est pas une tâche facile de gérer le football national. Il faut avoir les qualités requises pour subvenir aux attentes de la nation.»

 

 

Propos recueillis par Armand NISABWE

 

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.