Le retour triomphal des anciens enfants de la rue à Bujumbura

A l'arrivée du Bresil , Dieudonné Nahimana donne une interview aux media (www.akeza.net

A l’arrivée du Bresil , Dieudonné Nahimana donne une interview aux media (www.akeza.net

Ils sont arrivés à Bujumbura à 19h45 de ce mercredi.  Les médias s’étaient mobilisés pour couvrir la venue de ces finalistes de la mondiale des enfants de la rue de Rio de Janeiro. Le  ministère de la jeunesse,  sport  et culture avait délégué le Directeur Général  du sport de masse pour le représenter à l’aéroport. Beaucoup d’autres personnes, y compris les  autres jeunes de la maison New Generation s’étaient déplacées pour souhaiter bon retour à ces braves jeunes, anciens enfants de la rue.

 

Nous avons une immense joie

 

A peine arrivé, Dieudonné Nahimana, qui s’est battu pour cette initiative,  a accordé un entretien aux journalistes qui étaient sur place. Il a parlé en peu de mots du profit que le Burundi a tiré de cette coupe du monde des enfants de la rue. «Nous sommes partis dans de rudes conditions, on avait presque rien sur nous, les gens qui nous avait promis des fonds n’ont pas pu tenir leurs promesses, faute de moyens, mais on a très bien représenté le pays. On a joué avec des équipes qui sont très soutenues. Je peux vous dire que la Tanzanie par exemple  s’était préparée pour cette compétition depuis 2010. L’équipe burundaise était très appréciée là bas. C’est  marquant de voir des jeunes qui ne se comprenaient même pas par leurs langues devenir amis. Je me souviens, lors de la demie finale, j’ai vu un enfant d’origine pakistanaise qui chantait correctement l’hymne nationale Burundi bwacu. c’est émouvant,»disait Dieudonné Nahimana, visiblement ému.

 

La réussite de ces jeunes, un bon signe pour le Burundi

 

Il s’est passé beaucoup de choses durant  cette compétition. Arrivés au Bresil, tout le monde demandait d’où venaient ces jeunes. Le Burundi, ce pays du lait et du miel  n’était pas connu. Cette délégation a eu le travail de parler de leur patrie. Cette coupe du monde  des enfants de la rue a coïncidée avec une grande mobilisation des journalistes venus de partout au monde qui étaient au Brasil. Ils se sont intéressé au Burundi, plusieurs chaines de télévisions  ont parlé du Burundi, et pas plus tard que la semaine prochaine, des équipes de journalistes commenceront à atterrir à Bujumbura, dans le cadre  de découvrir ce Burundi dont ils ont entendu parler.  Le Burundi a marqué les gens, quand les  journalistes ont découvert les démons d’ethnisme qui ont déchiré notre pays. Ils n’arrivaient pas à comprendre comment un «hutu» pouvaient donner une passe décisive à «un tutsi». Une image qui a fait baver les gens.

 

La coupe du monde suivante, c’est en 2018. Et cette fois-ci, ils se prépareront à temps.  On leur souhaite bon retour chez eux.

Le  retour triomphal des anciens enfants de la rue à Bujumbura (www.akeza.net)

Le retour triomphal des anciens enfants de la rue à Bujumbura (www.akeza.net)

Le  retour triomphal des anciens enfants de la rue à Bujumbura (www.akeza.net)

Le retour triomphal des anciens enfants de la rue à Bujumbura (www.akeza.net)

 

Ar

Le retour triomphal des anciens enfants de la rue à Bujumbura (www.akeza.net)

Le retour triomphal des anciens enfants de la rue à Bujumbura (www.akeza.net)

Le retour triomphal des anciens enfants de la rue à Bujumbura (www.akeza.net)

Le retour triomphal des anciens enfants de la rue à Bujumbura (www.akeza.net)

Le retour triomphal des anciens enfants de la rue à Bujumbura (www.akeza.net)

Le retour triomphal des anciens enfants de la rue à Bujumbura (www.akeza.net)

Le retour triomphal des anciens enfants de la rue à Bujumbura (www.akeza.net)

Le retour triomphal des anciens enfants de la rue à Bujumbura (www.akeza.net)

mand NISABWE

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.