Le réalisateur Joseph N. à Paris :”Mais, c’est dans quelle ville le Burundi ?”

Le réalisateur Joseph N. à Paris :”Mais, c’est dans quelle ville le Burundi ?”
Joseph NDAYISENGA , la nouvelle icone du cinéma burundais à caractère international (www.akeza.net)

Joseph NDAYISENGA , la nouvelle icone du cinéma burundais à caractère international (www.akeza.net)

Joseph NDAYISENGA est depuis peu, la nouvelle icône du cinéma burundais en route vers les audiences africaines et mondiales. Scénariste, réalisateur, monteur à ses heures perdues, il est sur tous les plateaux de tournages importants. Sans le dire  de vive voix, le monde du cinéma s’accorde sur le fait que ce jeune homme pourrait devenir le prochain Léonce NGABO. Comprenez bien un homme qui part ses films laissera une trace indélébile dans le cinéma burundais, africain et mondial. Joseph avance vite, multiplie les œuvres, élargit son réseau professionnel, rêve grand.

 

En France pour une formation depuis deux jours, Joseph n’est pas encore sorti de sa chambre d’hôtel. Il travaille sur un scénario d’une série qui doit être tournée à Bujumbura et c’est urgent. Il se cache, il se concentre et il essaie de finir les scénarios. Ainsi, il n’a pas encore rencontré ses camarades. Il les a juste entendus causer dans les corridors de l’hôtel.

Des conversations du genre :

 

-“Oui, il est déjà arrivée”

-“Mais, c’est dans quelle ville le Burundi?”

-“A la réception, on m’a dit que c’est un pays de l’Afrique de l’Est”

-“Un pays?”

-“Est-ce que quelqu’un le connait (Joseph)?”

“Je lui ai envoyé une invitation sur facebook, mais il ne m’a toujours pas répondu”

 

Ses camarades de formation viennent d’au moins dix pays différents dispersés à travers la planète : ils viennent d’Afrique, d’Amérique latine, il y a même en russe. Ils sont au nombre de 16.

 

La formation se déroule sur le sujet :’’Ecriture et réalisation de film documentaire’’

Joseph est très excité par rapport à cette formation. Il pense trouver toutes les réponses aux questions qu’il se pose en rapport avec le film documentaire :’’ ce sont des cinéastes qui nous partagent leurs expériences! Ce ne sont pas des vrais professeurs, mais des cinéastes en activité! Ce qui m’intéresse, c’est qu’ils ne savent pas enseigner, donc, ils font  tout pour que tu puisses comprendre!’’

 

Notre Joseph national pourrait même s’attaquer au genre et s’attacher tout autant à la réalisation de films documentaires qu’il l’est aux films de fictions. Il déclare : ‘’le documentaire de création ça fait partie des genres qui me fascinent! Mais, on ne le maîtrise pas encore au Burundi. On accorde facilement la qualité de documentaire à tout long reportage (52′). On n’arrive pas à différencier la subjectivité d’un documentaire et l’objectivité d’un reportage journalistique dans ce que l’on appelle “nos films documentaires”! C’est pour cela que je ne fais pas beaucoup de films documentaires! Donc, cette formation sera très bénéfique pour moi quand je vais rentrer avec des bonnes bases!’’

 

Le réalisateur Joseph NDAYISENGA fera deux mois de formation à École Nationale Supérieure des Métiers de l’Image et du Son-FEMIS à Paris.

 

Courage Joseph

 

Landry MUGISHA

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.