Le projet « Share to change » pour échanger sur le rôle de l’éducation

 Photo de famille à l’issue de l’atelier


Photo de famille à l’issue de l’atelier

Les vacances sont toujours la marque d’un changement d’activité. Cela a été bien compris par Arielle Kaneza et Martine Nshimirimana, toutes étudiantes burundaises vivant au Canada, qui ont créé le projet “Share to change”. Ce projet est un cadre via lequel ils rencontrent les jeunes élèves et étudiants en vacances, issus de différentes couches sociales, afin d’échanger leurs expériences et leur vision du rôle de l’éducation. C’est aussi un canal d’échange avec ces jeunes, pour développer leur estime de soi.

 

 

Les invités de cet atelier qui a duré 3 jours, étaient l’honorable Gemma Ndayishinguje, Jeremie Hakeshimana le célèbre arrangeur de l’ancien Menya Menya studio. Dans cette première édition, ils avaient choisi 17 jeunes, de toutes ethnies et régions.

 

 

L’équipe organisatrice a salué l’engouement de vouloir aller de l’avant qu’ont affiché ces jeunes. Concernant la jeunesse en générale, Arielle Kaneza pense que la jeunesse burundaise a du potentiel, c’est une jeunesse très créative, seulement elle déplore le manque d’une main dirigeante pour les réveiller à prendre conscience de leur rôle dans la société, bref chatouiller leur connaissance.

 

 

L’atelier s’est clôturé sur un discours d’Arielle Kaneza, remerciant tout ce beau monde qui leur a prêté main forte pour la réussite de ce projet, notamment Lucien Nadeau, Marie Claude Dicaire etc.

 
Ils promettent que l’année prochaine, ce sera encore plus grand, après tout,  les débuts peuvent toujours être modeste.

 

 

Armand NISABWE

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.