Le Président de la FFB Révérien Ndikuriyo défend encore le sélectionneur Alain Olivier Niyungeko

Le Président de la FFB Révérien Ndikuriyo défend encore le sélectionneur Alain Olivier Niyungeko

Encore une fois,le président de la FFB Hon.Révérien Ndikuriyo a affirmé sa confiance en la personne du sélectionneur national Mutombola(contesté). C’était lors d’une émission publique sur des questions sociales et sportives qu’il a animé ce 02 janvier 2020 dans sa province natale de Makamba. A côté de cet éloge, Hon.Révérien s’est exprimé longuement sur le football burundais en passant par la crise des résultats des Intamba , une question qui a enflammé la toile au cours de l’année qui vient de s’écouler. De quoi fixer l’opinion sur les dessous que connaît le football burundais dans son ensemble.

L’année 2019 a été riche dans l’univers du ballon rond au Burundi. Des évènements divers s’y sont passés et ont réveillé les émotions. Le plus chaleureux de tous que l’histoire retiendra est sans doute cette qualification historique du Burundi à la CAN 2019. Malgré cet exploit symbolique, la suite n’aura pas été bonne. Des résultats mitigés se sont enchaînés dans les différentes compétitions qui ont suivi, ce qui a remis en cause cette sélection nationale.

Sur les défaites des Intamba sortis fraîchement de la CAN (avec des leçons, disait le coach), Hon.Révérien indique que dans le football il y a des hauts et des bas. “L’équipe est très difficile à gérer. Il y a plusieurs paramètres qui interviennent. Dans toute chose, il y a des hauts et des bas”. Ici, il revient sur les 2 matches que le Burundi a déjà perdu dans le cadre des éliminatoires de la CAN2021, qui selon lui se sont déroulés dans des conditions difficiles. “Il y avait absence de 4 titulaires Berahino, David, Bigirimana et Frédéric. C’était difficile”.

Les participants à l'émission publique

Les participants à l’émission publique

Pour ceux qui pensent que le coach est responsable de cette crise de résultats, M. NDIKURIYO ne donne pas raison. Après avoir affirmé l’année dernière dans un point de presse que le coach est inamovible et qu’il le trouve bon, il a encore affirmé sa confiance en lui. Cette fois-ci en le qualifiant de “bon patriote” afin de lever toute polémique suite aux contestations réclamant son départ.

Des voix qui se sont encore élevées suite aux résultats négatifs (0 but,0 points) de la sélection nationale qui participait récemment au CECAFA senior men challenge 2019 sous l’égide de Mutombola. Alors qu’au départ,cette sélection comprenait des joueurs de Aigle Noir, ils se sont vu retirés in extremis. La raison qui avait été avancée était que le club avait besoin d’eux pour se préparer et organiser encore cette formation. Nombreux sont ceux qui avaient dénoncé une décision arbitraire. A la surprise totale, Hon.Révérien NDIKURIYO nous apprend que c’est lui qui avait intimé l’ordre de les retirer suite aux commentaires fustigeant un effectif élevé des joueurs de Aigle Noir dans la sélection. “J’ai voulu calmer les esprits.”. Et de se demander continuera-t-il à agir ainsi à chaque fois que les langues vont se délier. Que deviendront donc les équipes nationales si chaque club agissait ainsi?

“Même à la fin de mon mandat, je vais rester là”

Alors que son mandat touche bientôt à sa fin (2021), Hon.Révérien NDIKURIYO confie qu’il va rester tout près de l’équipe nationale.” Je dois m’assurer que la vision 2026 est atteinte. Je ne veux plus me faire élire à la tête de la FFB, c’est fatigant. Qu’à cela ne tienne, s’il le faut je demanderai qu’on puisse créer un poste de président de l’équipe nationale pour rester tout près de celle-ci”.

Au vu des lacunes dans l’organisation de l’équipe nationale, M.Révérien NDIKURIYO promet qu’ils vont organiser des matches amicaux et des camps d’entraînement pour renforcer la cohésion. Ceci en vue de se préparer au prochain match qui va opposer les Intamba à la Mauritanie dans le cadre des éliminatoires de la CAN2021.” On peut toujours se qualifier. Tout est possible, c’est seulement une question de bonne préparation”.

S’exprimant sur la question des fonds collectés lors de la campagne de soutien à l’équipe nationale qui participait à la CAN 2019, il fait que la somme avoisinait les 700millions de FBu mais ils attendent toujours le ministère de tutelle pour faire le point afin de rédiger un bon rapport. En outre, il se plaint de la non implication de l’administration publique dans la gestion des sélections nationales.

Fleurette HABONIMANA

Comments

comments