Le parcours de la jeune cycliste de 17 ans, Yvonne Irankunda

Le parcours de la jeune  cycliste de 17 ans, Yvonne Irankunda

Originaire de la commune Nyanza-Lac en province Makamba, Yvonne Irankunda est une jeune cycliste qui fait la fierté nationale. Malgré son jeune âge, cette cycliste ne cesse de hisser les couleurs du drapeau national dans des compétitions tant nationales qu’internationales. Cette championne du sprint cycliste féminin nous emmène dans son univers : le cyclisme.

Le cyclisme a envoûté Yvonne depuis toute petite. Elle raconte : « Quand j’étais encore petite, je faisais du vélo en se servant de la bicyclette ; Matabaro. Je le faisais seulement pour mon propre plaisir ».

C’est au mois de novembre en 2017 qu’Yvonne a commencé à prendre part à différentes compétitions tant nationales qu’internationales. Au début, c’était vraiment difficile mais au fur et à mesure elle a pris le rythme et l’habitude. « Je me souviens que pour la première fois j’ai rencontré beaucoup de problèmes puisque j’étais habituée aux bicyclettes simples. Mais dans les compétitions, on nous donnait des vélos à vitesse. Je ne savais même pas comment engager et varier les différentes vitesses. Cela a constitué un obstacle pour moi » confie-t-elle.

Aujourd’hui, élève au lycée communal de Nyanza-Lac en section économique, Yvonne a déjà participé aux différents championnats de cyclisme et la plupart de fois, elle fait hisser les couleurs du drapeau national. « J’ai déjà pris part aux différents championnats nationaux de cyclisme, j’ai déjà représenté mon pays au Rwanda, en Algérie dans les compétions de cyclisme. J’ai pris du courage quand j’ai décroché la médaille d’argent  lors du championnat de cyclisme en Egypte en 2018. C’était vraiment un honneur pour mon pays et pour moi  », a indiqué Yvonne.

 

Entre passion et détermination

« En tant que fille faisant du vélo, je n’ai pas rencontré des blocages dans mon entourage puisque j’étais habituée à le faire et j’étais vraiment passionnée. D’ailleurs, ce sont mes parents qui m’ont appris à faire du vélo », raconte Yvonne.

Et d’ajouter : « le sport au vélo a une importance même si certains ont des mauvaises idées sur ça surtout lorsqu’il s’agit des filles qui le font. J’exhorte les jeunes filles à développer leur talent dans ce sport ».

Cette cycliste parcourant 100km déplore un manque de matériels pour les entrainements. « Par exemple, moi je suis cycliste mais je n’ai pas ma propre bicyclette. Cela est dû au fait que le genre de bicyclette que nous utilisons sont chers et peu nombreux, ce qui fait que la Fédération ne peut pas nous les donner. Malgré tout je reste déterminée et fière de faire du cyclisme. Je descends même des fois à Bujumbura sur le vélo  », a fièrement indiqué Yvonne.

 

 Fleurette HABONIMANA

Comments

comments