Le mobile money, un service qui gagne du terrain au Burundi

Le mobile money, un  service qui gagne du terrain au Burundi

Depuis quelques années déjà, on assiste à un nouveau moyen de transaction monétaire via les téléphones portables. Les détenteurs des téléphones portables, désireux d’utiliser ce service unique, ouvrent des comptes sur lesquels ils conservent leur argent et le transfèrent à qui ils veulent en cas de besoin. La compagnie téléphonique Econet a été la première à lancer cette révolution sur le territoire burundais,  suivie d’autres compagnies de télécommunication qui ont enjambées le pas.

Avant la venue du mobile money, nombreux étaient ceux qui galéraient pour envoyer ou recevoir de l’argent de la part de leurs proches se trouvant à l’autre bout du pays. Les bus de transport reliant la capitale et les différentes provinces du Burundi étaient alors la solution rapide et plus ou moins efficace pour effectuer les transactions entre particuliers. Dans ce genre de transfert, les risques de perte ou de détournements de l’argent envoyé sont très élevés. Les transferts  d’argent par téléphone sont donc une solution qui met en avant la transparence et la rapidité.

Marguerite N. utilise ce service et s’est confié à nous : «  à chaque fois que je dois envoyer une quelconque somme d’argent à ma famille, je suis rassurée de savoir qu’ils vont le recevoir aussitôt que je l’envoi. Avant, je l’envoyais par le biais de quelqu’un ou d’un chauffeur de bus. L’argent mettait toute la journée pour qu’ils le touchent et des fois, n’arrivait pas à destination ou n’arrivait pas dans sa totalité» nous dit-elle.

Nombreux sont ceux qui ne peuvent plus se passer de ce service comme l’atteste les longues files d’attentes  de ceux qui viennent recevoir l’argent dans les bureaux de postes.

A l’heure actuelle, les transactions par téléphone mobile passe à la vitesse supérieure en offrant la possibilité de payer les factures et de faire ses achats, dans la plupart des espaces commerciaux, en utilisant un téléphone portable. Toutefois, les burundais franchissent cette étape timidement mais tout porte à croire que bientôt on aura plus besoin de transporter de l’argent liquide dans nos poches puisque nos téléphones seront devenus effectivement nos porte-monnaie et qu’on pourra tout payer par quelques clics.

 

Inès IRAKOZE

bannière

Comments

comments