Le mariage mixte noir et blanc,un défi ?

Le mariage mixte noir et blanc,un défi ?

Le mariage mixte noir et blanc/Photo d’illustration ©DR

L’idée de se marier à une personne qui n’a pas la même couleur de peau que la vôtre, peut parfois être source de différends au sein des familles. Toutefois, le concept de mariage mixte au Burundi atteint progressivement une meilleure tournure.

 

Le mariage  entre un noir et  un blanc est le mariage mixte le plus délicat qui soit. Le mariage mixte, qui était considéré par la famille blanche comme un manque de respect et par une certaine catégorie de noirs comme une sorte de garantie de fonds ou d’obtention de nationalité, a tendance à trouver un terrain d’entente.

 

« Il m’est souvent accordé le titre de profiteuse, de prostituée ou de femme acculturée à cause de mon union avec un blanc. Matt* est d’origine anglaise, moi burundaise. On fêtera nos 3ans de mariage dans quelques mois. Mais n’empêche, il existe toujours des personnes qui me traitent d’ingrate envers ma patrie parce que je ne suis pas mariée à un noir. Pire, pas à un burundais», nous confie Sarah*, 27 ans.

 

Caroline*, 23 ans, Australienne, nous dit : « La première fois que mon père a vu Alex*, il a soudainement changé d’humeur. Sa peau, si noire, marquait la différence de races. Mon père m’a demandé si j’étais en colère contre lui pour lui faire ‘ça’ ; ce qui m’a vraiment fait changer d’humeur moi aussi. Par habitude de le voir, je crois qu’il a fini par l’accepter comme gendre. Mais, je ne pourrais vous cacher que ça a été des moments très difficiles et que nous n’en serions pas là où on en est si Alex n’était pas si patient. »

 

Comme dans tout autre ménage, les problèmes  existent dans les couples mixtes. Les ennuis sont surtout basés sur :

la communication : d’abord la maitrise des langues n’est pas du tout facile mais nécessaire. Le manque de vocabulaire adéquat peut engendrer des malentendus.

la culture : savoir mixer les cultures est assez complexe. La plupart du temps, la femme est amenée à adopter la culture de son mari et à s’adapter dans le pays hébergeant (si vous ne vivez pas dans votre pays natal).

la religion : là les choses se corsent. Les compromis sont fortement conseillés, c’est mieux s’il peut y avoir un des deux qui cède.

la race des enfants : l’enfant né de cette union a besoin de s’identifier. Ne sachant pas s’il est noir ou blanc, il aura des difficultés à comprendre qu’il est les deux au fait, puis s’ajoute l’apprentissage des deux cultures et langues. Il sera exposé à des questions parfois déplaisantes souvent posées aux métis notamment « es-tu noir ou blanc ? Tu es de quelle origine ? Tu préfères la race blanche ou noire ? »

 

La chance qu’un mariage dure ne dépend pas de la couleur  de peau des mariés, mais de l’amour qu’ils ont envers chacun, la compréhension, les compromis, etc. Le mariage est difficile comme tout ce qui est important dans la vie. Mais avant de faire toute sa vie avec quelqu’un de race différente, pensez-y deux fois !

 

*Les personnes qui ont donné les témoignages susmentionnés ont tenu à garder l’anonymat. Ce ne sont que des prénoms d’emprunts.

 

Miranda AKIM’

 

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.