Le Festival ZÉRO POLÉMIK, un pont entre les pays des Grands Lacs

Le Festival  ZÉRO POLÉMIK, un pont entre les pays des Grands Lacs

Joyeux Bin Kabodjo, l’un des organisateurs du festival ZERO POLEMIK et humoriste ©Festival ZERO POLEMIK
Face  aux problèmes sociétaux, économiques et autres que traversent la région des grands lacs, les humoristes de  la région se réunissent pour un sourire, une cohésion sociale  et un moment d’éducation par le divertissement. Organisée par Bukavu comédie club, une résidence d’humoristes en herbes de l’institut français de Bukavu, le festival ZÉRO POLÉMIK  est un festival du rire  qui tient à recréer une belle image de la ville de Bukavu et de la sous région en générale.

Une première à Bukavu

A l’instar des autres festivals de Ouagadougou( FIRO, Festival international du rire de Ouagadougou), Bujumbura( Kigingi Summer comedy) Kigali( Kigali international Comedy Festival) , Kinshasa ( Festival Toseka), le festival ZÉRO POLÉMIK est le tout premier qu’ accueille la ville de Bukavu. Conscients et reconnaissants pour les richesses historiques que la diversité culturelle et l’héritage intellectuel  la ville de Bukavu, les jeunes résidents veulent que  seule cette image prime sur toutes les autres non favorables à l’épanouissement de chacun.

Sur scène,  de talentueux humoristes

Sur scène, l’immense joie  sera de voir le célèbre conteur et humoriste camerounais,  Saïdou Abatcha, aujourd’hui installé à Marseille. Nombreux des fans de l’humour  le connaissent à travers ses spectacles « les proverbes », « l’humour noir » ou encore « l’ONU ». Saïdou donnera aussi des ateliers d’humour durant le festival.

Saïdou Abatcha, célèbre conteur et humoriste camerounais ©Festival ZERO POLEMIK

Le Burundi bien représenté au festival, Bukavu accueille ce soir même le comédien Arthur Ban dans son spectacle  « Envoyé spécial » ainsi que le comédien burundo-rwandais Michael Sengazi apparaissant souvent au Parlement Du Rire, ayant aussi participé aux festivals Toseka, Buja LOL et autres. Nombreux d’autres humoristes, slameurs et conteurs animeront   les soirées  de Bukavu durant tout le festival.

« Je rêve d’un monde où on s’écoute, où on se comprend, malgré les différences »

Arthur Ban sera sur scène ce soir. Il va parler de l’égoïsme, de l’hypocrisie, et d’autres comportements qui ne font que faire reculer nos sociétés, tout à travers l’art du rire. « Le festival tourne autour de la cohésion sociale dans le sud Kivu en particulier et la région des grands lacs en général. C’est un sujet qui touche mon cœur du fait que dans tous mes projets , je rêve d’un monde où on s’écoute, où on se comprend, malgré les différences et où on pense ensemble à ce qui est bien pour tout le monde » a-t-il dit.

Pour Michael Sengazi, partager la scène avec le grand Saïdou Abatcha lui fait énormément plaisir, « On va certainement passer un bon moment et peut être discuter sur une possible venue à Buja » dit-il à propos de Saïdou. La cérémonie d’ouverture de ce festival  a été faite ce 18 novembre 2018 et le festival prendra fin le 24 de ce  même mois à Bukavu.

 

Huguette IZOBIMPA

 

Comments

comments