Le fabuleux destin d’Elvis KAMSOBA, des camps de réfugiés à la première division australienne

Le fabuleux destin d’Elvis KAMSOBA, des camps de réfugiés à la première division australienne

Elvis KAMSOBA ©DR

Récent vainqueur du trophée Michael Cockerill du Meilleur Joueur de la Coupe de la FFA décerné par la chaine Fox News Sport, Elvis KAMSOBA est un joueur d’origine burundaise que rien ne destinait à faire du football. Du camp de réfugiés où il a passé une partie de son enfance, le jeune homme n’aurait jamais imaginé faire la une des journaux et être pressenti pour jouer en A-League, l’élite du football australien. Un destin fabuleux dont il en savoure chaque instant.

C’est très jeune qu’Elvis quitte le Burundi avec sa famille. Fuyant les troubles que connait le Burundi à cette époque, lui et sa famille se retrouve dans un camp de réfugiés en Tanzanie. Ils y resteront pendant 11 ans. Une période qui aura marqué l’enfance d’Elvis. « C’était horrible de vivre là-bas et de vivre dans un endroit vraiment difficile, J’avais l’habitude de dormir avec trois de mes frères dans une pièce par terre sans matelas. Ils nous fournissaient de la nourriture tous les quinze jours, mais il n’y avait en général que de quoi nourrir le déjeuner et un peu le dîner », confiait-il au journal « The Adviser »

“[…] Quand tu ne pouvais pas manger, tu allais jouer au football”

A cette époque, devenir footballeur n’est pas vraiment un rêve pour le gamin qu’il est. Le football est surtout une échappatoire, une porte de sortie face à la précarité du camp, une façon pour lui et ses amis d’oublier la situation dans laquelle ils se retrouvent. « Nous jouions pieds nus sur la terre battue. Nous jouions à l’école et après l’école tous les jours. Quand tu ne pouvais pas manger, tu allais jouer au football », raconte-il.

Mais le football dans le camp a aussi fait en quelque sorte sa formation de dribleur. Elvis apprend à passer entre les mailles des défenseurs en jouant avec ses amis dans des matchs où il pouvait y avoir jusqu’à 40 joueurs sur le terrain. « Parfois, c’était des 20 contre 20 et vous apprenez à dribbler dans ces zones  restreintes », dit-il.

Après ce long épisode dans les camps en Tanzanie, Elvis et sa famille débarquent à Adélaïde (Australie) en 2008. Un après, le jeune homme est recruté par le club amateur d’Elizabeth Grove. Mais la carrière d’Elvis a failli ne jamais commencer.

En effet, à son arrivée à Elizabeth Grove, l’entraineur ne le croyait pas capable de jouer au football au vue de sa taille (Elvis mesure 1m63). « L’entraîneur a pensé que j’étais trop jeune parce que j’étais si petit et qu’il ne pensait pas que je pouvais avoir 12 ans », confie-t-il.

Deux saisons et 200 buts plus tard (oui, Elvis est un vrai renard de surface), le jeune attaquant s’installe à Croydon et intègre le centre national de formation de Fédération de Football. Il jouera ensuite pour Playford et inscrira 20 buts lors de sa première. Une performance qui lui permettra de signé chez Adelaïde Raiders.

En 2017, Elvis débarque à Melbourne Knights. Un choix qui selon le jeune joueur pouvait le rapprocher de la A-League, la division d’élite australienne. Lui qui jusque-là évolue en National Premier League (NLP), pense avoir une chance d’entrer dans la cour des grands. « Je suis venu à Melbourne Knights en 2017 pour rechercher plus d’opportunités de jouer dans la A-League, car je pense que si je peux jouer ici [NPL Victoria], je peux tenter ma chance dans la A-League ».

Elvis ne reste qu’une saison à Melbourne puisqu’en 2018, il signe à Avondale FC. Efficace sur le côté droit et buteur la plus part du temps, le jeune Kamsoba épate. Il fait les beaux jours de son club et attire de plus en plus l’attention sur lui. Une attention qui ne va qu’en grandissant puisque le joueur a été nommé meilleur de la coupe de FFA (Fédération Australienne de Football) par Fox News Sport et recevra le trophée Michael Cockerill ce jeudi 31 octobre. Une performance plutôt incroyable d’autant plus que son club s’est arrêtée en quart de finale de la compétition.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là pour Elvis Kamsoba vit une idylle qui semble l’amener vers les sommets du football en Australie. Quoi qu’il en soit, Elvis est un joueur qu’il faudra garder à l’œil.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments