Le Bambou: Une bâtisse centenaire, une architecture étonnante

Le Bambou: Une bâtisse centenaire, une architecture étonnante

©Façade principale de la bâtisse

Le Burundi est parsemé de beautés. Les bâtisses de l’époque coloniale font partie de ces joyaux qu’il faudrait conserver. Au premier regard, elles nous racontent une histoire. Qu’elle soit bonne ou mauvaise, cette histoire reste gravée dans les annales des périodes historiques que le pays de Mwezi a traversées. Les générations futures auront le droit de la connaître, d’où la nécessité de préserver ce patrimoine culturel.

 

Le BAMBOU, une villa construite dans la capitale politique GITEGA, rayonne par sa splendeur. Elle est érigée en face du siège de la nouvelle Banque d’Investissement pour Jeunes (BIJE). La bâtisse reflète tous ses mystères par son architecture. Difficile d’y passer sans y jeter un regard.

 

Derrière cette infrastructure, une histoire

La bâtisse a été construite par un résident allemand nommé Erich Von LANGENN dans les années 1910. Elle fait partie du cercle de trois « Maisons centenaires » construites à GITEGA pendant la domination coloniale allemande.

Hyppolite NIYONGABO,  responsable des opérations à Home Tours and Services a fait une recherche sur les bâtisses construites à l’époque coloniale au BURUNDI. Il nous raconte : ‘’Les allemands sont arrivés au Burundi en 1896. Ils ont établi leur capitale à Gitega en 1912. Leur mainmise sur GITEGA n’a pas duré car après 4 ans, ils sont partis. C’était en 1916’’.

Il poursuit : ‘’Actuellement trois infrastructures témoignent et rappellent leur passage à GITEGA. Le premier est la bâtisse communément appelé « le Bambou » Elle a était construite pour abriter un centre d’enseignement. Ensuite, il y a sa sœur dont la ressemblance est frappante. Elle est érigée tous près du cercle de GITEGA. Cette dernière fut la résidence du résident allemand au Burundi, Monsieur Erich Von LANGENN. La troisième est le  Fort « BOMAN » abritant actuellement la prison de GITEGA’’.

©Longin NIBITANGA, enseignant en section menuiserie à l’ECOM posant devant la bâtisse

 

Hyppolite NIYONGABO fait savoir que les allemands n’ont pas pu exercer dans cette bâtisse. Aussitôt construite, aussitôt ils sont partis. C’est à l’arrivée des belges que ces nouveaux occupants y ont établi un CCD (centre de coopération au développement).

Mr NIYONGABO parle d’autres activités ayant abrité cette infrastructure : ‘’La bâtisse a domicilié différentes activités scolaires et non scolaires. Dans les années 1980, elle abritait l’Ecole de l’hôtellerie et de la restauration. Puis dans les années 1950, on y a établi un bistrot. À l’ombre des bambous, les gens aimaient s’y ressourcer devant une bière. D’où même l’actuelle appellation « Le BAMBOU ». En 1993, elle abrita l’Ecole des métiers de GITEGA (ECOM) jusqu’à nos jours’’.

©Façade latérale de la bâtisse

Les fissures menacent

Le BAMBOU est vieux et risque de se démolir. Bien que Longin NIBITANGA, enseignant en section menuiserie à l’ECOM soit fier de travailler dans une bâtisse aussi riche d’histoire que de secrets architecturaux, il demande qu’on le rénove pour que l’ÉCOM exerce dans un environnement propice; sans crainte d’un probable effondrement.

Janvier CISHAHAYO

Comments

comments