L’athlétisme du Burundi, vers une autre crise ?

L’athlétisme du Burundi, vers une autre crise ?
Francine NIYONSABA championne mondiale du 800m(www.akeza.net)

Francine NIYONSABA championne mondiale du 800m(www.akeza.net)

Ca fait des jours qu’on observe un feuilleton au sein de la fédération d’athlétisme. Après que Dieudonné Kwizera alias Muvuduka se soit autoproclamé président du comité provisoire pour le changement dans l’athlétisme, voilà qu’on arrive au stade où les athlètes si ce n’est pas le pays,  en payent les pots cassés.  Vendredi dernier, alors que 8 athlètes se dirigeaient en Ouganda  dans la 3ème édition du Kampala cross-country, ils ont été arrêtés  par ordre du ministre des sports Adolphe Rukenkanya, à la frontière  Rwando-Burundaise de Gasenyi. Ces jeunes innocents n’avaient même pas sur eux une ordre de mission.

 

Quand deux rois se battent pour un seul royaume.

 

Depuis  la réélection du président en exercice de la Fédération de l’athlétisme Egide Nitunga , c’ était visible qu’ une crise allait éclater.  Dieudonné Kwizera dit Muvuduka a vite alerté l’opinion tant nationale qu’international que l’élection n’était pas transparente. Et selon les anonymes qui ont suivi de près le déroulement de l’élection du comité exécutif de cette fédération, la magouille était flagrant.

 

 

Dieudonné Kwizera ne s’est pas laissé faire. Quelque temps après, il a convoqué une assemblée générale. A l’issu de cette dernière, il a été nommé  président du comité provisoire. Egide Nitunga  a aussitôt  crié à l’ingérence.

 

Les amateurs de l’athlétisme, les anciens ténors de cette discipline, ont tous assisté impuissamment à ces scénarios. Mais, les choses se sont empirées quand ces deux camps se sont mis à sélectionner tous, des athlètes qui représenteront le Burundi en Ouganda.

 

Dieudonné Kwizera, populaire pour ces bonnes initiatives et tentatives du changement en athlétisme a organisé cette compétition sur la piste du camp militaire parachutiste. Egide Nitunga a fait de même à l’ETS de Kamenge. «Mais que vont devenir ces athlètes qui s’entrainent pour représenter le pays ?», c’était la question qu’on se posait.

 

Le ministre n’avait pas dit son dernier mot

 

Lundi le 17 Mars 2014, le ministre de la jeunesse, sport et culture a fait une sortie médiatique pour donner la lumière à ce sujet. Le ministre Adolphe Rukenkany  résume le problème qui handicape l’athlétisme en 2 points essentiels. « Le président de la fédération n’est pas à la hauteur de ses fonctions, et l’autre défi est qu’il y a une vive rivalité entre Dieudonné Kwizera, président de l’AMABU (Association municipale d’athlétisme à Bujumbura), et Egide Nitunga le numéro 1 de la fédération» , a-t-il confié aux journalistes lors de la conférence de presse.

 

Le ministre est revenu aussi sur le refoulement à la frontière de ces athlètes.« La fédération nous a adressé une correspondance pour nous dire qu’il y a un cross-country en cours de préparation à Kampala. Mais ils nous ont exigés  les athlètes choisis à l’ ETS. Vu qu’il y avait des doutes et que le Burundi ne pouvait pas être représenté par les moins performants, le ministère a proposé que 2 entraineurs neutres à savoir Aloys Nizigama et Salvator Nizigama puissent faire la sélection et le président de la fédération a refusé catégoriquement. Le  ministère ne pouvait pas accepter des choses pareilles. C’est à ce moment  que j’ai demandé à mon collègue de la sécurité publique de ne pas permettre à ces athlètes la sortie du pays» , disait encore  le ministre RUKENKANYA avec un ton insistant.

 

Au sein de l’association internationale de l’athlétisme, ils sont au courant de ces conflits. Laisser Egide Nitunga achever son mandant est la proposition qu’ils donnent. Quant au ministre Adolphe Rukenkanya, il va nommer un directeur technique national, et Venuste Niyongabo pour souffler une bouffée  d’oxygène à l’organisation de la fédération.

 

Armand NISABWE

Comments

comments




One thought on “L’athlétisme du Burundi, vers une autre crise ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.