L’association U.BU.KI NDANGAKARANGA prône pour une journée dédiée à la langue nationale

L’association U.BU.KI NDANGAKARANGA prône pour une journée dédiée à la langue nationale

Nicodème Habiyambere de l’association U.BU.KI Ndangakaranga.©Akeza.net

La semaine dernière était dédiée à la langue maternelle au niveau mondial. Le monde  célèbre  la langue nationale  le 21 février de chaque année. L’association U.BU.KI NDANGAKARANGA(UMUTIMA KU BURUNDI NI KIRUNDI NDANGAKARANGA)  qui  a  comme objectif la revalorisation de la langue nationale, la culture et les mœurs Burundaise demande que cette journée soit reconnue comme tant d’autres  journées  internationales  célébrées  au Burundi, vu que cette dernière n’a pas encore été célébrée officiellement au niveau du pays.

Nicodème Habiyambere, le représentant légal de l’association U.BU.KI NDANGAKARANGA reconnait que la connaissance de plusieurs langues est un atout mais  que ces dernières devraient  compléter notre langue maternelle. Des efforts significatifs, ajoute-il  doivent être fournis pour redorer l’image de notre langue maternelle afin que chaque Burundais  même ceux de la diaspora soient fiers de leur langue maternelle étant donné que  la langue est l’identité de tout peuple.

Tout faire pour revaloriser la langue nationale…

Nicodème Habiyambere fait savoir que leur association est en train de sensibiliser les gens sur le bien-fondé de s’associer au monde entier pour célébrer cette journée. Il précise que la journée passe inaperçue.  Il ajoute que les textes de lois protégeant la langue maternelle écrits en kirundi  est une nécessité. «La langue constitue un outil de Démocratie participative, une éducation solide et la décentralisation» A-t-il martelé.

L’association  U.BU.KI NDANGAKARANGA ne  ménage aucun effort pour revaloriser la langue maternelle: «Nous avons créé des clubs scolaires là où chaque trimestre nous organisons des danses traditionnelles, sketch, poèmes, devinettes, proverbes, contes et fables en kirundi dans le but de revaloriser la langue maternelle»

Et  d’ajouter que leur vision dans l’avenir est que la langue kirundi soit reconnue au niveau international au lieu d’être considérée comme une langue morte.

Alexandre NDAYISHIMIYE

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.