L’anglo-burundais, Gaël BIGIRIMANA tente de remettre sa carrière sur les rails

L’anglo-burundais, Gaël BIGIRIMANA tente de remettre sa carrière sur les rails

Cela fait plusieurs mois que le milieu de terrain anglo-burundais Gaël BIGIRIMANA est au chômage. Depuis la fin de son contrat en mai 2019 avec Hibernian FC (Première League écossaise), BIGIRIMANA ne s’est pas trouvé un autre club. Avec son actuel statut de «free agent», il apparaît, tout récemment, dans une vidéo publiée sur ses réseaux sociaux, en plein exercices de reprise de forme.

 

En principe, au sortir des compétitions internationales (journée FIFA), les joueurs sont priés de regagner leurs clubs. Pour Gaël BIGIRIMANA, cela n’aura pas été le cas. Après la débâcle du Burundi à sa toute première CAN (Juin 2019) en Egypte, à laquelle avait pris part ce milieu défensif, il était déjà en fin de contrat avec son club Hibernian FC (première league écossaise) depuis mai 2019.

Il s’est donc par la suite  retrouvé au chômage, sans club. Malgré cela, la sélection nationale n’a pas hésité de l’aligner lors des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022. Tout cela en raison de son apport en milieu défensif. Toujours est-il que ses performances ne seront pas convaincantes.

Vers novembre 2019, il tentera de retrouver la forme en intégrant un club de la cinquième division anglaise (Sohillul Moors) pour deux mois. Ce qui a suscité des polémiques (évoquant une chute libre) pour un ancien joueur qui avait foulé la Premier League anglaise au sein de New Castle United. Personne ne comprenait ce qui agitait la carrière de BIGIRIMANA. Des rumeurs évoquaient qu’il y a eu des tests sanguins, qui ont révélé qu’il était susceptible d’être affaibli par certaines maladies. Ce qui avait conduit certains clubs à être réticent pour le recruter. Le joueur n’aura pas préféré de s’exprimer sur ça.

 

Le silence est déjà rompu !

Depuis lors au sein de ce club de la National League anglaise  jusqu’au début de cette année 2020, on n’avait plus entendu de ses nouvelles (surtout avec la crise sanitaire née de la Covid-19). Aurait-il trouvé un club? Personne ne savait. Le 28 juin 2020, BIGIRIMANA a fini par rompre le silence en postant une vidéo sur son compte Instagram, dans laquelle on le voit en train de s’entrainer durement au service de sa carrière.

Pour accompagner ce visuel, il donne la légende suivante : «  Voici un petit extrait de ce que j’ai fait pendant le confinement. Je me concentre sur la reprise de la meilleure forme pour ma carrière depuis novembre. Je m’entraine 5 jours par semaine tout en adoptant un régime végétalien strict. Parfois, je le faisais tout seul ou à l’aide des préparateurs physiques de Max Gear Athlete (MGA),…».  Et de renchérir: « Je me sens plus en forme mentalement,  physiquement, plus fort et moins pesant que je ne l’ai jamais ressenti! J’attends avec impatience la prochaine opportunité », écrit-il.

BIGIRIMANA a commencé sa carrière à l’Académie du club Coventry city. Il a signé son premier contrat professionnel avec ce club de la D2 anglaise en Juin 2011.Ses débuts professionnels correspondent avec la journée d’ouverture de la saison 2011-2012 contre Leicester City (en deuxième division à l’époque, Champonships). Il marque un pas dans sa carrière quand il signe un contrat de 5 ans avec New Castle United de la Premier League anglaise en 2012. 3 ans plus tard soit en 2015, il est prêté au Glasgow Rangers FC (première division écossaise). Peu après en 2016, il retourne à son club d’origine Coventry City pour une saison. Il va commencer à stagner dans sa carrière. En juin 2017, Bigirimana s’engage pour 2 ans avec le Motherwell FC8 (du Scottish Premier League) avant qu’il ne s’engage avec  Hibernian FC de ce même pays en 2019 pour 6 mois. Il ne disputera qu’une seule rencontre avec ce club écossait avant d’être libéré en mai 2019.

 

A 27 ans, quelle pourrait être la prochaine destination de BIGIRIMANA ? A en croire la vidéo de ses entraînements intenses, cet anglo-burundais aimerait bien retrouver le chemin des pelouses. A suivre…

Fleurette HABONIMANA

Comments

comments