Lancement en grande pompe de la Fédération de Wushu «Kungfu» au Burundi

Lancement en grande pompe de la Fédération de Wushu «Kungfu» au Burundi

Quelques pratiquants en marge de l’événement.©Flory Nisabwe

Samedi le 18 Mars 2017 a été lancée officiellement la Fédération Burundaise de Wushu au terrain du Ministère de la Jeunesse. L’Ambassadeur de Chine au Burundi a rehaussé de sa présence à ces activités qui pérennisent  l’art martial chinois.

C’est en 2008 que le Wushu «Kungfu» a été introduit  au Burundi par Yves Ntirenganya. A l’époque, pour pratiquer le wushu, il fallait un grand courage. Cet art martial étant nouveau au Burundi, les gens n’étaient pas trop enthousiastes. Aujourd’hui 9 ans après la fondation du premier club de Wushu à Bujumbura, le Ministère a enfin agréé la Fédération. Un fait qui mérite tout un événement.

Samedi dernier au terrain du Ministère de la Jeunesse dit «Département», les clubs de Wushu s’y étaient réunis. Démonstration tantôt avec arme ou sans arme, un spectacle riche en acrobatie comme le ferait un vieux shaolin, tout était sur menu.

Selon Shifu Yves Ntirenganya, les activités marquaient officiellement le lancement de la Fédération de Wushu du Burundi. Cette journée a été également une occasion pour lancer la 3ème édition du championnat de wushu.

Prenant la parole, l’Ambassadeur de Chine au Burundi  s’est réjoui du pas franchi par la Fédération de Wushu. Pour encourager ce nouveau membre du paysage sportif Burundais, Monsieur …. A promis un don de plusieurs matériels de wushu constitué d’épées, tenues, chaussures, et bien d’autres outils indispensables à la pratique de cet art martial.

«Je profite de cette occasion pour vous annoncer qu’un entraineur chinois de wushu viendra à Bujumbura pour former les maitres burundais. Le wushu véhicule les valeurs de la tradition chinoise à savoir maitriser son esprit, se respecter mutuellement, exiger un effort pour s’abstenir de la violence. J’apprécie l’engouement des jeunes burundais pour le wushu. Je suis très touché par les jeunes qui pratiquent cet art martial dans les conditions limitées» renchérissait-il  en réitérant  le soutien de l’Ambassade Chinoise au Burundi.

Le Ministère des Sports était représenté par le Directeur Générale des Sports et l’Assistant du Ministre. La journée s’est clôturée avec satisfaction sur tous les niveaux.

Armand NISABWE

Comments

comments