L’amour sous toutes ses formes : de la danse des mots autour du thème de l’amour !

L’amour sous toutes ses formes : de la danse des mots autour du thème de l’amour !

Ce jeudi 13 février 2020, à la veille de la «Saint Valentin »,  l’Institut Français du Burundi (IFB) rassemblait la communauté du  slam autour du thème : « L’amour sous toutes ses formes ». Organisée par le collectif Jewe Slam, un large public en provenance de tous les coins de Bujumbura était venu pour ce moment privilégié de la danse des mots autour du thème de l’amour. Amoureux, célibataires, cœurs-brisés et friendzonés, tous ont trouvé leur place et leur confort dans cette soirée romantique qui n’a épargné personne.

Après un mois de répétitions accompagnées de formations,  les slameurs du collectif Jewe Slam ont préparé au public une vraie soirée romantique. On en a vu qui ont ri à en verser des larmes. Il y avait de textes  pour vous divertir, d’autre pour vous apprendre une leçon, certains même nous ont replongés dans les souvenirs palpitants d’une adolescence pas toujours sage. Encore fallait-il écouter avec les oreilles, entendre avec le cœur et comprendre avec la conscience car, comme on dit, le slam est « un chant de cœur et d’esprit ».

 

« L’amour sous toutes ses formes »

La scène slam autour de l’amour a successivement mis les mots sur les situations courantes dans les relations amoureuses.

 

La slameuse Elsa Karelle Buhire est montée sur scène pour prodiguer des conseils. Elle propose de faire fi des amours impossibles et fallacieux, de  « rester célibataire» s’il le faut. Ce à quoi une bonne partie du public a répondu par un murmure désapprobateur

 

Le duo Jeanne et Audry Carmel met en scène une querelle de deux amoureux qui s’accusent l’un l’autre. Il faudra que le duo Prince Charmant et Sigrid monte sur scène pour se rebeller contre l’amour. «Nous passons nos vies à te chérir cher amour, en retour tu nous fais souffrir. Tu brises les cœurs et les laisses en mille morceaux de pleurs», déclament-ils.

 

Le slameur Jonas Baguma, aussi chanteur et musicien, déclame  sur fond de légères notes de guitare : « (…) Si pour entrer au ciel, on m’exige de t’abandonner, je préférerai brûler en enfer, car à toi, je suis condamné»

 

Le public a bien aimé la scène slam. James Nicitegetse nous le confirme d’ailleurs ici: « Ce soir, j’ai vécu un moment unique. Les slameurs ont laissé leurs cœurs parler de l’amour.  C’est bon pour notre société où l’amour est encore tabou. Alors, le tabou a été brisé devant un public de différents âges. Chaque personne s’est retrouvée car l’amour a été abordé sous toutes ses formes en mettant à nu  son côté clair et son côté obscur!»

Notons qu’après la soirée romantique de ce jeudi, les slameurs du Collectif Jewe Slam ont mis le cap sur Gitega pour animer une autre scène-slam, cette fois-ci le vendredi 14 Février (jour de la « Saint Valentin ») à l’Alliance Française de Gitega.

 

Melchisédeck BOSHIRWA

Comments

comments