«L’ABS fera tout son mieux pour la réussite du projet»

«L’ABS fera tout son mieux pour la réussite du projet»

Jeanne d’Arc Kabanga, Directrice Exécutive  de l’ABS.©Akeza.net

L’Alliance Burundaise contre le Sida et la promotion de la santé(ABS) a procédé ce vendredi 05 Aout 2016 au lancement officiel  du projet «HIV and Harm Reduction in Burundi».Le projet concerne sept pays africains entres autres le Burundi,kenya Ouganda,Tanzanie,Ethiopie,Zanzibar,Maurice et Seychelles, et est financé par le Fonds Mondial via KENYA AIDS NGOs CONSORTIUM(KANCO).L’atelier de lancement s’est tenu à l’Hôtel Royal palace de Bujumbura.

 

L’assistante du Ministre de la Santé Publique et de la Lutte Contre le VIH/Sida Mme Josiane Nsanzerugeze qui a ouvert officiellement l’atelier de lancement de ce projet félicite l’ABS et ses partenaires pour avoir contribué à la mobilisation des ressources en obtenant le financement pour le projet «HIV and Harm Reduction au Burundi» dont les groupes cibles et les  populations clés à haut risque d’infection au VIH/Sida à savoir les usagers des drogues injectables.

 

Mme Nsanzerugeze indique que le risque de contamination du VIH Sida chez les usagers de drogues injectables qui échangent des aiguilles s’accompagne de celui du virus de l’hépatite C (VHC) estimé à 700 pour 10000 avec une durée de vie dans une aiguille de 64jours(PSI).

 

Dans le cadre de ce projet, dit-elle, le Ministère de la Santé Publique et de la lutte contre le Sida en collaboration avec l’ABS compte effectuer une évaluation rapide sur le lien entre le  VIH/Sida et l’usage des drogues injectables au Burundi.

DSC_0047

Photo de famille des participants de l’atelier.©Akeza.net

Selon M.Emmanuel Karirimbanya,le facilitateur du jour, le but de ce projet est d’accroitre l’accès aux services essentiels de VIH et de réduction des méfaits pour les personnes qui consomment des injectables.

 

De son tour, Jeanne D’arc Kabanga, la Directrice Exécutive de l’ABS  affirme que son organisation va collaborer avec tous les intervenants clés pour la réussite de ce projet.«L’ABS va collaborer avec tous les intervenants et fera tout son mieux pour la réussite du projet .Il s’agit  entre autres des parlementaires, la police. Le dialogue avec tous les groupés concernés par le projet mais aussi le dialogue avec les Usagers de Drogues Injectable (UDI) eux même.

 

Cet atelier de lancement du projet ‘’HIV and Harm Reduction in Burundi’’ a vu la participation des élus du peuples représentant certains groupes parlementaires, les cadres de la police ainsi que les partenaires techniques et financiers  de l’ABS et les professionnels des médias. Ledit projet va durer trois ans.

 

Alexandre NDAYISHIMIYE

Comments

comments