La tailleuse et styliste Evelyne Nina ININAHAZWE rêve d’habiller les divas Yemi Alade et Beyoncé !

La tailleuse et styliste Evelyne Nina ININAHAZWE rêve d’habiller les divas Yemi Alade et Beyoncé !

Evelyne Nina ININAHAZWE alias « Ininanina » est une femme tailleuse et styliste. Elle a commencé à s’intéresser à la couture quand elle n’avait que 22 ans. Après avoir bien navigué dans la couture, elle se passionne aussi pour la mode. Elle confectionne différents styles de vêtements grâce à sa propre création et inspiration et conquiert un bon nombre de gens. Son compte Instagram, où elle poste régulièrement ses créations, lui apporte une multitude de clients. Aujourd’hui, Mme Evelyne Nina habille des modèles et des mannequins, crée de nouveaux prototypes de robes de mariages et bien d’autres sortes d’habits.  Son plus grand rêve est d’habiller des divas d’envergure internationale, en l’occurrence Yemi Alade et Beyoncé.

 

“Je rêve d’habiller premièrement la diva américaine Beyoncé mais aussi la diva nigériane Yemi Alade”Mme Evelyne Nina ININAHAZWE, à l’intérieur de son atelier. ©Akeza.net

 

Alors qu’Evelyne Nina ININAHAZWE avait déjà sa propre boutique, elle veut nourrir sa passion de tous les temps : être tailleuse et styliste. C’est ainsi qu’elle s’intéresse à la couture. Son objectif : « Aider les gens à mieux s’habiller selon leur morphologie ».

 

Mme Evelyne Nina ININAHAZWE avec des couturier travaillant dans son atelier de couture à Nyakabiga.©Akeza.net

 

Lors de son bal des débutantes en 2012, la jeune femme est bien consciente de la vie difficile de la plupart des tailleurs. Cependant, elle est surtout courroucée par le fait que presque tous les tailleurs sont considérés comme des menteurs. «Les tailleurs ont vraiment du talent mais leur talent n’est pas reconnu par notre communauté. Leur travail est souvent dur mais ils gagnent peu. Alors, j’ai voulu me lancer dans ce métier pour être à la hauteur de surmonter tous ces défis. Je vois toujours des atouts dans la couture », nous raconte-t-elle en toute fierté.

 

Des débuts difficiles!

 

Mme Evelyne Nina ININAHAZWE, à l’intérieur de son atelier. ©Akeza.net

 

Quand Mme Evelyne Nina ININAHAZWE a voulu apprendre la couture, elle n’avait pas la somme de trois cent mille francs nécessaires pour s’acheter une machine à coudre. « J’ai appelé une personne qui, je savais bien, avait cette somme pour me la prêter mais elle a refusé », se plaint-elle.

 

Mme ININAHAZWE aura la chance de rencontrer un bon samaritain à Gasenyi (Gihosha) au nord de la ville de Bujumbura qui lui apprendra à coudre. « Même si mon tailleur m’a donné une très vieille machine et que son atelier était sale et chaud, j’ai persévéré. Eh bien entendu, je ne voulais pas que les citadins me trouvent là-bas, en train d’apprendre à coudre », nous révèle-t-elle avec humour.

 

Mme Evelyne Nina ININAHAZWE, en train de découper une pagne devant son atelier de couture  à Nyakabiga 2 à la 9ème Avenue. ©Akeza.net

 

Notre couturière apprendra le métier 6 mois durant. « Je savais bien que je devais faire face à des difficultés pour atteindre mon apogée, mais malgré tout ça je me disais qu’un jour je ferai mon beurre. Je voulais sans aucun doute atteindre mon objectif, celui d’habiller les gens et d’être leur conseillère en habillement», nous confie-t-elle.

 

Après de longs mois d’un travail assidu, déterminée et infatigable, la tailleuse Evelyne Nina finira par s’acheter sa propre machine. Elle quitte l’atelier de celui qui lui apprenait à coudre puis cherche un autre tailleur qui, cette fois-ci, lui apprendra à domicile. « J’ai acquis d’autres connaissances. Je pensais surtout à être créatrice avec ma propre touche. J’ai commencé à me fabriquer des robes et d’autres types d’habits. J’ai cherché un photographe qui m’a pris des photos que j’ai postées sur mon compte Instagram. Éblouis, des gens ont fait des commandes », se rappelle-t-elle.

 

De la couture à la mode !

 

Evelyne Nina ININAHAZWE brevette sa création en présentant, de manière très convaincante, différents styles de vêtements qu’elle a cousus.  Une certaine Nochrista devient sa première cliente. Elle lui montra une sorte de vêtement qu’elle voulait.  « Je lui ai dit que je n’en étais pas capable parce que je n’avais pas encore atteint un niveau aussi élevé. Mais elle n’a rien voulu entendre. Elle m’a rassuré qu’elle était convaincue que j’y parviendrais.   C’est vraiment Nochrista qui me poussera à être créative davantage et à avoir d’autres clientes après avoir posté une photo sur laquelle elle portait le vêtement que j’avais cousu pour elle », se réjouit-elle.

 

Mme Evelyne Nina ININAHAZWE pose comme les modèles à l’intérieur de son atelier. ©Akeza.net

 

Férue de mode, ININAHAZWE se verrait bien devenir styliste grâce au métier auquel elle s’est consacrée. Aujourd’hui, elle est parmi ces rares designers de mode qui se servent de leurs collections pour attirer des clients. Elle se fait connaître en créant des tenues pour les mariages ou d’autres événements de grande envergure. « A la veille de la demi-finale de Miss Burundi 2021, j’ai eu des commandes express de quelques candidates à Miss Burundi 2021 », nous dit-elle.

 

Actuellement, la styliste ININAHAZWE a déjà embauché cinq couturiers qui travaillent avec elle. Elle multiplie ses créations et s’efforce à être plus créative. Elle a déjà vendu ses vêtements au Canada, en Hollande, aux USA et en Belgique. Elle compte aussi élargir son marché d’écoulement dans les pays africains. « Maintenant, je suis en train de faire des chapeaux attachés à des masques. C’est une commande de personnes vivant à l’étranger ».

Mme Evelyne Nina ININAHAZWE avec les couturiers travaillant dans son atelier de couture. ©Akeza.net

 

L’aventure d’Evelyne Nina ININAHAZWE dans la mode est plus qu’une vision. Elle rêve d’habiller des personnes de marque, des célébrités et surtout de grandes stars internationales aussi bien qu’elle adore la musique. « J’ai une idée « magique » qui, non seulement me poussera plus loin, mais aussi changera ma vie. Je veux habiller de grandes personnalités. Je rêve d’habiller premièrement la diva américaine Beyoncé mais aussi la diva nigériane Yemi Alade. En outre, je veux faire plus de formations dans la couture et la mode. Plus tard,je projette de créer une école de couture au Burundi », conclut-elle.

 

Melchisédeck BOSHIRWA

Comments

comments