La styliste et décoratrice à succès Vanessa Ishimwe présente Vah Fashion Services

La styliste et décoratrice à succès Vanessa Ishimwe présente Vah Fashion Services

 

Vanessa Ishimwe , styliste et décoratrice à succès , propriétaire de Vah Fashion Services (www.akeza.net)

Vanessa Ishimwe , styliste et décoratrice à succès , propriétaire de Vah Fashion Services © Teddy Mazina (www.akeza.net)

Bujumbura regorge de nombreux jeunes extraordinaires, doués de talents multiples, donc carrément remarquables. Toutefois, ce n’est pas toujours qu’ils (elles) osent se lancer, passer le cap des idées et matérialiser leur rêve, leur don, leur talent. Akeza.net vous présente une jeune fille hors du commun qui a décidé de commencer tôt, travailler chaque jour comme s’il elle ne disposait que de quelques heures, innover comme si sa vie en dépendait, garder le regard fixé sur l’avenir. Vanessa Ishimwe, propriétaire et manager de Vah Fashion Services, trouve sa joie dans la perfection d’un travail réussi.

 

Rencontre avec une jeune fille passionnée et surtout passionnante….

 

 Akeza.net : Qu’est ce que Vah Fashion Services ?

 

Vanessa : VFS est une jeune société qui offre différents services concernant la mode et les décorations.

 

Akeza.net   : Comment est-elle née ?

 

Vanessa : Depuis le lycée, j’aimais dessiner et la mode m’attirait. A côté de ça, j’avais en moi le sens du business et je me retrouvais souvent en train de faire de petits exercices y relatifs comme je n’en avais pas encore le droit…après, vers 2010, j’ai commencé à acheter puis vendre des robes et autres habits que je trouvais à Kampala. En même temps, je m’amusais à transformer certains de ces habits à mon goût puis je les revendais…je dessinais des modèles, faisais des décorations  chez moi avec le matériel que je pouvais avoir, j’améliorais petit à petit ce que je faisais avec passion, tout timidement, en amateur. Ce n’est qu’en 2012 que j’ai eu une adresse et que j’ai commencé à vendre mes services.

 

Akeza.net   : Des associés ?

 

Vanessa : Non, pas vraiment.

 

Akeza.net : Comment les clients font-ils pour te trouver ?

 

Vanessa : Au fait, je me fais de la pub comme je peux : sur le net, j’en parle et distribue mes cartes de visite. Alors certains de mes clients m’écrivent sur facebook (sur ma page ou  mon compte), d’autres viennent me voir au bureau ou bien alors ils m’appellent directement sur mon portable. C’est très facile de me trouver.

 

Akeza.net : Ton  objectif ? Ta motivation ?

 

Vanessa : Disons que VFS a été créé premièrement en vue de partager et pouvoir servir les autres à travers ma passion pour la mode et les décorations. Deuxièmement, VFS existe dans le but de me procurer du travail mais aussi de permettre aux autres de trouver du travail au sein de VFS  vu que trouver du travail n’est maintenant pas facile. Pour le moment, je n’ai qu’un seul employé permanent, mais j’engage d’autres lorsqu’il y a beaucoup de travail surtout pour les préparations de grandes fêtes.

 

Pour ce qui est de ma motivation, je dois dire que j’éprouve une grande passion pour mon travail. Il me permet d’être celle que je veux être ; au service des autres. C’est pour cela que je me donne chaque fois la peine de bien m’assurer que mes commandes sont bien traitées et préparées. Rien ne me fait plaisir que de pouvoir  aider mes clientes à bien se mettre, à se sentir belles pour leurs fêtes et de leur rendre tout service que je peux offrir, à leur commande. J’ai toujours voulu exercer un métier  où je me trouverai au service des autres, où je pourrai aider et être utile. Je n’ai pas pu faire la médecine pour sauver des vies, mais je dois dire que la seule raison qui m’a poussé à faire le droit (ce que je fais en parallèle) est de pouvoir rendre justice à qui de droit. Pour le cas présent, en faisant mon métier de styliste et décoratrice, j’ai l’impression d’être utile pour mes clients ; aider à trouver les couleurs, les modèles, un tailleur, où trouver les belles choses, conseils, etc…

Des fois, j’offre à mes clientes des services qui ne sont pas sur la facture comme proposer / arranger les coiffures, maquiller, prêter un matériel, etc.   Tout pour qu’elles partent satisfaites et comblées. Lorsqu’elles sont contentes et me disent MERCI, c’est donc ça ma plus grande réussite. C’est ça ma joie. Oui, je suis motivée à faire mon travail parce que souvent, à chaque fois que je sers, j’y gagne aussi des amis. J’aime ce que je fais.

 

Akeza.net : Quelles sont les grandes avancées de la société depuis sa création ?

 

Vanessa : Quand  j’ai commencé VFS, je n’avais pas en tête ce que je fais maintenant. Chaque jour, je me lève avec une nouvelle idée (rires). Avant c’était surtout le commerce que je faisais avec mon cousin. C’était carrément la vente. Après, j’ai sorti mon cahier de dessin, j’ai étalé mes modèles, j’ai proposé mes services à travers mes dessins de créations de robes et faire des décorations, chose que j’avais déjà commencé timidement et en amateur. J’ai eu un bon contact  professionnel avec les clients ; ceux pour qui je faisais des décorations m’envoyaient d’autres clients, même chose pour celles que j’habillais. Et c’était parti…Aujourd’hui, VFS est plus ou moins connu, je vois des avancés par rapport au nombre de gens qui m’appellent, m’écrivent ou passent me voir soit pour se renseigner, soit pour  passer des commandes, des journalistes comme vous qui me contactent pour m’interviewer, ou quelques lettres de stage que je reçois. Ceci me fait plaisir et me donne du courage.

 

Akeza.net : Récemment, tu as créé une collection pour  la saint valentin….

 

Vanessa : Oui, Le 14 février dernier, j’ai organisé LOVE FASHION, un fashion show  qui avait pour but de montrer mes deux nouvelles collections ; celle des robes de soirée non cousues et celle pour les accessoires : sacs et chaussures assortis. Cet événement a été pour moi une grande expérience. Lorsqu’un grand ami à moi m’a donné cette idée de préparer un fashion show, j’ai approuvé l’idée, je m’y suis mise et j’ai senti un travail lourd pour moi : je devrais préparer mes collections et organiser cet événement en entièreté…c’est ainsi que j’ai dû contacter des amis pour m’aider. Ils  m’ont été d’une grande utilité pour les premières courses relatives aux démarches de base. Après, j’ai contacté  une agence de  tourisme « Intore Tours & Travel » qui se charge également de l’organisation événementielle pour m’épauler dans l’organisation. On a pris un mois pour mettre tout en place et je dois dire que ça a été un grand travail.

 

Akeza.net : qu’as-tu retenu de cette expérience ?

 

Vanessa : Ce que j’ai pu retenir de cette expérience est que, premièrement, quand on est artiste et qu’on a un projet pareil, il faut d’abord avoir une estime de soi  assez élevé ! Quand tu ne crois pas assez en toi, eh bien, tu n’arriveras pas à grand-chose. Tu rencontres beaucoup d’obstacles que seuls l’assurance et le courage te font surmonter. Les gens ne croiront jamais en ton travail à moins que tu  leur prouve que ça vaut la peine. En un mot l’estime de soi.

 

Deuxièmement, si tu as un projet à réaliser, il faut faire de son mieux pour éviter la peur ou le désespoir avant de l’avoir commencé ou affronté. Pour moi, cet événement était grandiose, j’avais beaucoup de charges, je dirais énormes, rien que sur ma tête…je me suis armée du courage et de la foi (opinion personnelle) comme je ne l’ai jamais fait et avec la main forte du tout puissant, j’y suis arrivée.

Troisièmement, un travail comme ça, il faut le faire en équipe ; il faut s’assurer par conséquent que tu travailles avec des gens présents et compétents. (Très important)

 

Quatrièmement, il faut choisir une période stratégique pour ton événement selon les attentes que tu y accordes.

Dernièrement, ma dernière leçon fut qu’il faut toujours rendre service quand tu peux et comme tu peux ; surtout en affaires. Lorsque j’ai bénéficié gratuitement ou presque, des coups de main de la part de mes amis, famille, des gens chez qui j’allais négocier pour tel ou tel autre service, etc., rien que pour m’encourager et me soutenir, j’ai été profondément touchée que je me suis sentie dans une grande dette , celle d’en  faire autant ou plus en retour  aux autres. Je suis reconnaissante envers tous ces amis qui étaient à mes côtés, aux artistes qui m’ont soutenu et les chefs des différents services qui ont bien voulu collaborer. Ceci est d’une grande importance à mes yeux.

 

Akeza.net : Styliste et décoratrice, est-ce un métier à part entière à buja ? Peut-on en vivre décemment ?

 

Vanessa : Personnellement, tout métier peut être à la hauteur d’assurer à Buja. Je pense que les gens manquent encore d’informations sur les services qu’il y a ici à Bujumbura et de comment ils fonctionnent…sinon, si tu offres des services intéressants, tu devrais ensuite avoir le devoir de les faire connaitre comme ça les gens s’intéressent en retour.  L’honnêteté et la perfection du travail sont les clés. Le reste, il faut renforcer avec de bonnes stratégies et tout… si les clients te font confiance, ils t’amènent d’autres, si tu les déçois, ils chassent même ceux qui voulaient venir. Puis …décemment ? (rires) ceci se jugerait d’une personne à une autre. Mon humble avis sur ça est que si tu accomplis bien ton travail tel que je viens de le dire ci-haut, tu trouveras une clientèle et plus tu gagnes cette dernière, plus tu gagnes financièrement par la suite . Bref, oui, il y a moyen de vivre décemment à travers ce métier, il faut juste s’accorder du temps, ça évolue avec.

 

Akeza.net : Des ambitions peut-être ?

 

Vanessa: Trop. J’exagère (rires…).  Je me permets de prendre des risques souvent. Je suis de nature très ambitieuse et ceci depuis toute petite. C’est pour cela que je me retrouve souvent entrain de m’exercer à tout faire. A part ma passion pour la mode et le modeling, j’ai beaucoup d’ambition pour l’art en général…le dessin et la peinture sont mes favoris. Je veux même me remettre à dessiner et je souhaite faire une exposition de mes tableaux après (j’aimerais beaucoup y arriver). J’ai beaucoup d’inspiration pour le moment .Malheureusement je n’arrive pas à me concentrer, faute de temps. Aussi, je suis une amoureuse de littérature et d’écriture. Depuis le lycée, je participais dans les concours de poésie ou d’essais, je jouais du théâtre et on s’exerçait en classe, dans le cours de Français, comme je faisais les Lettres Modernes, à composer des pièces de théâtres et j’aimais ce chapitre. Avec mes  activités actuelles, je trouve plus de temps pour ça sauf quand, pas souvent, je me trouve de l’inspiration d’écrire la nuit. Ceci n’empêche pas  que je me régale quand je rencontre un écrivain ou quand je participe aux salons de lecture comme Samandari littéraire, etc.… ils allument chaque fois un feu endormi en moi. Tout ceci traduit  le moi, libre et épanoui.

 

Akeza.net : Dans les 5 ou 10 prochaines années, comment vois-tu VFS ?

 

Vanessa : Vous allez trouver ça bizarre mais je n’ai pas d’image de VFS  dans 5 ou 10 ans…je ne sais pas comment sera ma société, j’en ai aucune idée (rires). Ça peut vous étonner mais dans ma nature, je ne me permets pas de trop rêver pour le futur, pour le futur très proche peut être…  J’aime travailler et me battre pour ce que je veux /fais. Je me lève souvent avec une petite idée dans la tête, je la tente toujours jusqu’à preuve du contraire. Pour VFS, j’essaie de changer son image chaque jour…je dois faire une innovation, petite soit-elle, que ce soit au niveau du travail en soi ou de la disposition du bureau…mais chaque idée m’apporte du changement et me fait avancer. Je veux m’améliorer tous les jours, et ceci est digne de ma fatigue. Il y’ a une année, si vous m’aviez posé la même question, je n’aurais jamais pensé que j’en serai ici. Bref, j’essaie de m’améliorer, d’honorer mes engagements avec les clients chaque jour et d’être meilleure qu’hier. C’est sur ce rythme que je compte travailler, si Dieu me prête vie et bonne santé, dans 5 ou 10 ans je n’ai pas l’image exacte de VFS, mais j’espère qu’elle sera celle qui me rendra fière.

 

Akeza.net : Mlle Vanessa, n’est-elle pas très jeune pour une patronne d’entreprise ?

 

Vanessa : (rires…) jeune ? Pas du tout ! Vous savez, il y a comme 3ans que je faisais presque ce que je fais aujourd’hui…le seul changement qu’il y a eu est que maintenant j’ai l’adresse et que ceci a dû impliquer quelques démarches administratives et  améliorations. Sinon, ça fait longtemps que j’aurais déjà commencé à faire ce que je fais…disons simplement que l’heure du destin n’avait pas encore sonné.

 

Akeza.net : Comment se décrirait-elle ? Une personne discrète ? Passionnée ?

 

Vanessa : Les deux à la fois. Je suis une personne discrète par rapport à ma vie privée et celle des autres. Je suis naturellement comme ça. Ma vie privée et ma vie professionnelle font deux ; l’un à l’écart de l’autre.  Et Passionnée ? Oh oui, j’aime ce que je fais et ma vie en même temps.  Je profite de chaque jour, je vis chaque situation telle qu’elle se présente et le plus  positivement possible. Y’a pas d’autres formules pour moi. Dans mes prières quotidiennes, je remercie le seigneur pour sa grâce sur ma vie, depuis le souffle jusqu’au  moindre  petit détail…j’ai appris à valoriser chaque cadeau de la vie, du moment où on ne peut rien se garantir si c’est la vie, celle des nôtres, la bonne santé, le bonheur véritable ; etc.… alors tant que  j’en ai, je suis passionnée. Très passionnée !

 

Akeza.net   : Des gens qui  t’inspirent ? Des modèles ? Des idoles ?

 

Vanessa : Je n’ai pas vraiment d’idoles (rires…). Les gens qui m’inspirent dans ma vie et mon travail sont mes deux parents que j’ai encore la grande chance d’avoir. J’apprends chaque jour d’eux. Ce sont ceux que je côtoie le plus, ce sont mes coachs, ils se complètent dans l’inspiration que je puise en eux et je veux leur ressembler. Que ce soit au niveau  du caractère, que ce soit dans leur amour du travail, que ce soit dans leur honnêteté, intégrité et être toujours au service des autres avec compassion et amour.  Ces deux personnes sont mes modèles. Si j’arrive à le ressembler un jour, j’aurais réussi.

 

Akeza.net : Si tu avais un ticket pour 3 destinations au monde, où irais-tu ?

 

Vanessa : OMG, en  voilà une de question (rires) ! Disons qu’à l’heure où je vous parle, si j’avais un ticket pour 3 destinations, ma première destination serait les USA, puis l’Israël (j’aimerais visiter tous ces lieux qu’on lit dans la Bible et suivre toute l’histoire quoi…quand je regarde les gens de mon église quand ils viennent de là, j’aimerais être dans le même mood…je suis curieuse lol) et enfin Londres (visiter les grands magasins, rencontrer  les grands couturiers, stylistes, models).

 

Akeza.net : Si tu devrais choisir un pays où habiter, ce serait …?

 

Vanessa : Si je devrais choisir un pays où habiter, ça serait le Burundi. Je veux voyager et découvrir beaucoup d’autres pays, y passer même du temps s’il le faut mais je pense que si je devrais choisir où me caser ce serait ici au Burundi. Nulle part ailleurs n’égale son confort, sa beauté… Ce pays connaît actuellement toute sorte de crise et dans tous les domaines , sans exception !… on semble s’enfoncer du jour au jour et reconnait-on c’est grave !… mais je ne sais pas pourquoi je ne désespère pas complètement sur ce sujet…comme nous le lisons, dans l’histoire du monde, il y’a toujours eu  des révolutions , de nouvelles générations qui s’armaient du changement ; moi je me laisse espérer…en attente de ce changement, j’ai comme une envie d’y croire malgré tout .

 

Personnellement, je pense que s’il faut honorer mon diplôme, s’il faut prospérer et se développer, ce serait pour le grand profit de cette terre natale. Fort heureusement, il y a beaucoup de jeunes conscients, leaders qui ont des projets pour le Burundi et j’aimerais les encourager à haute voix, leur dire que tout est encore possible au Burundi, que ça reste un terrain non exploité et quelques peu mal exploité, mais surtout qu’il ne faut pas tout laisser tomber en donnant ainsi la chance aux malintentionnés de continuer à lui ôter sa belle image et valeur. Avec le peu ou le plus  qu’on peut avoir, pourrions-nous  rendre notre patrie notre fierté.

 

Akeza.net : Une chanson à laquelle tu es accro ?

 

Vanessa : Ma playlist est souvent composé de chansons gospel, les chanteurs locaux  sont mes préférés. Récemment, j’ai découvert Zahara, une chanteuse sud-africaine. Elle chante cruellement bien !! La 1ere fois que j’ai entendu sa chanson, je ne comprenais rien comme elle chantait en xhosa…mais il y avait une émotion profonde dans sa voix que j’ai voulu savoir de quoi elle parlait…je l’ai tout de suite googlé et traduis ses lyrics…j’étais encore plus impressionnée. J’aime principalement deux chansons d’elle, « Loliwe » et « Ndiza ». Mais celle dont je suis actuellement accro c’est « Ndiza » ; il y a un son d’une femme originalement africaine qui s’exprime de tout son cœur…elle dégage un sentiment purement profond et vrai, tu as soudainement envie de parler sa langue quand tu l’écoute, sa voix est juste…d’Afrique (rires) !! Un mot, je suis FAN !

 

Akeza.net : Une qualité que tu te reconnais ?

 

Vanessa : Je ne trouve pas une seule raison qui me pousserait à être injuste envers quelqu’un. Je peux digérer la défaite, la honte, l’injure, la trahison et l’échec mais pas l’injustice ou assister quelqu’un la subir. Je ne trouve rien de plus  cruel.

 

Akeza.net : Une bêtise ou un défaut que tu e reconnais?

 

Vanessa : Là directement je vois deux ou trois (rires) mais s’il faut ne parler que d’un seul, disons que ce serait par rapport à ma santé, des fois après avoir beaucoup travaillé ou quand je travaille, il m’arrive de me passer de mon creux dans le ventre et passer presque toute la journée sans prendre une bouchée, faute d’oubli ou disons de négligence. J’en ai honte.

 

Akeza.net : Ton meilleur souvenir professionnel ?

 

Vanessa : Mon meilleur souvenir professionnel remonte de Love Fashion, cet événement dont je vous ai déjà parlé. J’ai reçu des compliments de la part des gens qui sont dans la mode et dont les félicitations comptent beaucoup pour moi. Disons que les messages  d’encouragements et compliments que j’ai reçu après cet événement restent pour moi mon plus beau souvenir professionnel.

 

Akeza.net : Ton rêve le plus fou ?

 

Vanessa : C’est étrange peut-être, mais je ne trouve pas mon rêve le plus fou (rires…). Je suis naturellement peu rêveuse, et pour moi, le mot rêve ne se limite qu’à l’expression. Disons juste que j’ai des souhaits pour ma vie comme tous les autres, mais pas de rêve le plus fou… Evidemment, je pourrais m’imaginer à quoi ressemblerai mon souhait le plus cher, parmi plusieurs, mais personnellement, je me prive de ça, par peur que je risque de trop m’y attacher au point que la seule directive de ma vie ne prenne que ce sens-là…et que si jamais ça foire,  je tombe avec !… Non, je bâtis ma vie du jour au jour, sans se stresser, en faisant le maximum tout en espérant qu’à chaque fin de journée j’aurais fait le maximum. Je  m’inquiète peu pour le futur normalement. Et puis moi, j’aime m’ouvrir les horizons dans ce que je fais, je ne veux pas que j’aie des rêves qui me bloquent. Pour ce qui est des chances de la vie (avoir des opportunités, rencontrer des grandes personnalités, gagner de grands marchés, etc.) dans ma croyance (à laquelle je m’attache) il n’existe point de hasard, tout bien vient de Dieu et rien ne lui est impossible. Chaque matin, je Lui demande Sa bénédiction dans mon travail tout en étant confiante que tout vient de là.

La styliste Vanessa Ishimwe défilait pour Cynthia Munwangari  © Teddy Mazina (www.akeza.net)

La styliste Vanessa Ishimwe défilait pour Cynthia Munwangari © Teddy Mazina (www.akeza.net)

 

Louise , mannequin , défile pour Vah Fqshion Services lors du Love Fashion (www.akeza.net)

Louise , mannequin , défile pour Vah Fqshion Services lors du Love Fashion (www.akeza.net)

Propos recueillis par Landry MUGISHA

Comments

comments