La photo et son rôle dans les métiers de l’art au Burundi

La photo et son rôle dans les métiers de l’art au Burundi

Jimmy NZI, photographe burundais ©DR

Dans la sphère privée ou publique, une belle photo plait. Elle attire la sympathie, suscite le respect, l’admiration ou l’émotion. Plus qu’un souvenir, la photo est aujourd’hui devenue un véritable outil de communication. Un outil d’importance qui trouve sa place dans les métiers de l’art. Musique, cinéma, arts plastiques, théâtre, make-up et bien plus encore. Chacun selon ses besoins, se sert de cet outil pour se montrer et afficher son travail. Mais en réalité quel est son importance et bien plus encore, quel est son impact dans les métiers de l’art ?

Lorsqu’on est un artiste, l’on veut que son travail soit vu et connu de tous. Et la photo est l’un des moyens de présenter son travail, de faire passer son message. Un moyen qui s’avère efficace dans un monde où l’image joue un rôle central dans les interactions entre personnes.

 

Un élément efficace de visibilité et de diffusion

On aurait tendance à penser que les dessinateurs, peintres et autres make-up artist n’auraient pas besoin de la photographie puisque leur travail serait essentiellement visuel. Un point de vue que les artistes dans ces domaines réfutent. On imagine mal un peintre se trimballer dans les rues ou faisant du porte à porte pour proposer ses œuvres. C’est à ce moment que la photo entre en jeu.

Lire aussi : HolyZiner, la petite étoile montante de la photographie au Burundi

La photo sera le porte-parole, l’agent marketing qui fera du porte à porte pour l’artiste et attirera vers lui le public. Et lorsque l’on sait que les artistes ont souvent du mal à se vendre eux-mêmes, une belle photo sera plus éloquente qu’un long discours.

Lire aussi : Peinture : Christian Bujriri réapparait avec deux nouvelles collections INTROSPECTION et FIGURES DE L’HISTOIRE.

« La photographie occupe une place très importante! Dans le sens où dans toutes les diffusions, en ligne, sites web, catalogue de l’artiste, portfolio, affiches, cartes de visite, la photo est diffusée pour la visibilité du travail, par un public quel qu’il soit, sans être nécessairement en contact direct avec l’œuvre ni l’artiste », confie le peintre Chris Bujiriri.

Divine NDUWIMANA, dessinatrice de talent, va plus loin en affirmant qu’en plus d’être un outil indispensable pour la visibilité de son travail, la photo permet de transmettre son message au public.

« La photographie implique une prise d’images (dans mon cas une prise d’images de mes dessins) qu’on peut partager à qui et où on veut pour la promotion de ce que je fais. Elle a un impact très positif dans le sens où elle m’aide à  transmettre mon message facilement et à une vitesse rapide », explique-t-elle.

Lire aussi : “Rythme 90” : Divine Nduwimana expose ses toiles à l’honneur des années 90

Transmettre ses émotions

Le métier d’artiste est sans nul doute un univers d’émotion et de sentiments. Principale source d’inspiration des artistes, l’émotion est quelque chose que celui-ci cherche à transmettre, à partager avec son public. Plus une image sera expressive, plus l’émotion et le sentiment que ressent l’artiste sera perceptible par le public. La photo devient donc une vitrine à travers laquelle l’artiste se livre, s’exprime et partage avec le public.

A en croire la chanteuse Linah Blanche, la photo permet d’exprimer, non seulement les émotions mais aussi de donner un aperçu de sa personnalité « Elle exprime qui vous êtes vraiment et l’image que vous essayez de présenter à d’autres personnes. Pour moi, la photographie et les images parlent aux gens. »

Lire aussi : En images : Quand photographie et maquillage forment une formidable combinaison

En véritable ambassadeur du travail des artistes, la photo est aujourd’hui l’outil par excellence pour diffuser et promouvoir les artistes. Son impact est tel que rien que par une photo, de nombreux artistes ont vu les portes du succès et de la célébrité s’ouvrir à eux. Devenue quasi incontournable, la photo est indispensable. Et Chris Bujiriri d’ajouter, « on pourrait s’en passer si l’on avait le choix. Mais ce serait comme faire un bond d’un siècle en arrière ». Une déclaration qui prouve à quel point on ne peut pas faire sans photo. Et puis, qui se priverait d’une belle photo ? Ne fut-ce que pour son propre plaisir.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments