La nouvelle génération dans le Mannequinat : Marie-Line Mugwera mise sur la grâce et l’élégance

La nouvelle génération dans le Mannequinat : Marie-Line Mugwera mise sur la grâce et l’élégance

Marie-line Mugwera lors du défilé de la soirée « The Launch » ©Akeza.net

Lors de la récente ouverture officielle de la boutique de Rusita Artisans, de jeunes mannequins ont défilé pour présenter les collections des différents stylistes présents à cette soirée. De jeunes jolies demoiselles – mannequins depuis un moment ou défilant pour la première fois – qui chacune à sa manière ont su user de leur talent sur la passerelle. Alors que les anciennes dans la profession prennent leur retraite ou quittent le pays, ces demoiselles représentent d’une certaine manière l’avenir de ce métier au Burundi. Nous nous sommes intéressés à trois d’entre elles et elles ont accepté de nous parler d’elles et de ce métier qu’elles aiment tant.

 

Marie-line Mugwera, « Quand tu fais ce que tu aimes, tu le fais avec grâce »

A presque 19 ans, on pourrait croire que le jeune mannequin en est à ses débuts. Mais Mugwera Marie-Line côtoie les passerelles depuis l’âge de 12 ans. Elle fait sa première expérience avec les défilés lors du concours Miss Interscolaire 2011 où elle représente son école (New School). Elle finira 1ère dauphine de ce concours de beauté. Comme pour la plupart des mannequins, l’amour pour les défilés vient à la petite enfance, « j’adore le mannequinat, j’ai toujours eu l’envie de le faire. Petite j’essayais les haut talons, je posais comme un mannequin sur les photos de famille ». Elle a beaucoup été inspirée par Douce Kelly Dushime, première dauphine du concours Miss Burundi 2011. C’est elle même qui l’a aidé à préparer son passage à Miss Interscolaire.

 

Etant encore élève, elle fait le mannequinat avec intermittence – priorité aux études –, mais lorsqu’elle le fait, c’est avec beaucoup de bonheur. « Faire ce que tu aimes est quelque chose de génial. Quand tu fais ce que tu aimes, tu le fais avec grand cœur, élégance, grâce … et c’est la sensation que j’ai quand je défile ». Et pour l’aider à avancer Marie-line peut compter sur le soutient de sa famille dans cette voie. « Depuis le début ils m’encouragent, ils me soutiennent, ils étaient là depuis mon premier concours et même lorsque j’ai participé à Miss Burundi en 2016. Je peux dire qu’ils sont ma force, je m’appuie sur eux ».

 

Quoi que le mannequinat au Burundi n’offre pas beaucoup de débouchés, le jeune mannequin rêve de percer dans la profession et de devenir un mannequin de renom qui pourra vivre de son travail. Mais avant que cela n’arrive, elle profite de l’occasion qu’elle a de faire quelque chose qu’elle aime tant.

 

Voilà une jeune femme avec du talent et des ambitions. Une demoiselle qui, comme beaucoup d’autres, représente l’avenir de ce métier au Burundi. Une jeune demoiselle qui ne demande qu’une seule chose : qu’on lui donne l’occasion de briller. Alors retenez bien ce visage : vous serez certainement amené à le revoir.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments