La nouvelle génération dans le Mannequinat : Fiona (Gibb) Fides NACIZA, les yeux rivés à l’international

La nouvelle génération dans le Mannequinat : Fiona (Gibb) Fides NACIZA, les yeux rivés à l’international

Fiona (Gibb) Fides NACIZA lors du ddéfilé de la soirée de « The Launch » ©Akeza.net

Lors de la récente ouverture officielle de la boutique de Rusita Artisans, de jeunes mannequins ont défilé pour présenter les collections des différents stylistes présents à cette soirée. De jeunes jolies demoiselles – mannequins depuis un moment ou défilant pour la première fois – qui chacune à sa manière ont su user de leur talent sur la passerelle. Alors que les anciennes dans la profession prennent leur retraite ou quittent le pays, ces demoiselles représentent d’une certaine manière l’avenir de ce métier au Burundi. Nous nous sommes intéressés à trois d’entre elles et elles ont accepté de nous parler d’elles et de ce métier qu’elles aiment tant.

 

Fiona Fides NACIZA, « Devenir un mannequin international »

Elle n’a que 18 ans mais déjà elle rêve grand. Celle qui se fait appelée Fionah Gibb nourrit de grandes ambitions pour ce métier dans lequel elle fait ses premier pas. Devenir mannequin a toujours été son rêve dit-elle, « c’était mon rêve depuis mon enfance ». Avec les années, cette envie de fouler les passerelles s’accroit, surtout lorsqu’elle voit Ornella Nkeza, qui est devenu son inspiration. C’est en répondant à un casting de l’agence Winners fashion en 2016 qu’elle entre dans le mannequinat.

 

Etre mannequin, elle aime ça ; c’est quelque chose qu’elle vit avec beaucoup de bonheur ; « quand je suis devant les camera ou que je suis sur scène pendant un défilé il y a un genre d’énergie qui me fait sentir super bien ». C’est-à-dire combien le mannequinat est une source de joie pour elle. D’ailleurs elle le dit : « Cette vie de mannequin est vraiment impeccable pour moi ».

 

Il n’est pas toujours facile de concilier la vie de mannequin et ses études mais pour réussir, il faut savoir faire des sacrifices. Des sacrifices qu’elle est prête à faire pour atteindre son but dans ce métier. En effet la jeune demoiselle nourrit de grandes ambitions pour son avenir dans le mannequinat. « […] être un mannequin international, faire des défilés partout et faire des publicités avec des grandes maisons », faut le dire, ne se prive pas de rêver grand. Et même si c’est pas évident d’être mannequin au Burundi, elle sait qu’elle est capable d’aller loin et de côtoyer la gloire.

 

Voilà une jeune femme avec du talent et des ambitions. Une demoiselle qui, comme beaucoup d’autres, représente l’avenir de ce métier au Burundi. Une jeune demoiselle qui ne demande qu’une seule chose : qu’on lui donne l’occasion de briller. Alors retenez bien ce visage : vous serez certainement amené à le revoir.

 

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments