La lutte contre le tabac: Quel combat pour le Burundi?

La lutte contre le tabac: Quel combat pour le Burundi?

Près d’un Burundais sur cinq fume le tabac, alors que 2 sur 5 personnes hospitalisées le sont à cause des conséquences du tabac, ce qui fait que 20% des décès au Burundi sont liés directement ou indirectement aux maladies entraînées par le tabac ”, résument des données résultant des thèses de doctorat en médecine publiées en 2017

 

Le 31 Mai de chaque année, les pays du monde entier célèbrent la Journée Mondiale sans tabac. Étant l’une des principales causes de mortalité évitable dans le monde et un problème majeur de santé publique, le tabagisme fait des ravages aussi bien chez les fumeurs que chez les non-fumeurs.

Dans plusieurs pays, notamment pauvres, le tabac constitue en grande partie un frein à l’économie. En effet, les dépenses pouvant servir à d’autres choses telles que l’alimentation, la scolarisation, le logement, etc. sont utilisées dans l’achat des produits du tabac. Cela rend encore plus pauvres ces familles. De plus, dans ces mêmes pays, les enfants se retrouvent à travailler dans les cultures du tabac pour compléter le revenu de la famille, ce qui constitue un danger majeur pour eux. L’environnement, la société et la santé sont aussi endommagés par le tabagisme. 

 

La situation du tabagisme au Burundi

Il s’avère difficile de parler de la situation du tabagisme au Burundi, mais il est essentiel de savoir que ce petit pays à faible économie n’est pas épargné de la présence du tabac et ses conséquences sur le territoire. En fait, peu d’études ou de recherches ont été faites sur le tabac, mais la consommation de ce dernier par les jeunes, les hommes et les femmes ne manque pas.

Au Burundi, les gens ont tendance à penser que le tabac n’est consommé que par les hommes, mais le temps a bien prouvé le contraire. Produit dans différentes provinces du pays, la consommation du tabac y semble élevée. Selon les données de l’enquête démographique et de santé de 2017, la province de Karuzi enregistrait la proportion la plus élevée de femmes qui fumaient (6%) contre 19% d’hommes fumeurs dans la province de Muyinga.

Bien que ces chiffres datent de longtemps et ne soient pas représentatifs si on regarde de près la situation actuelle de la consommation du tabac au Burundi, on peut bien se faire une idée sur la situation du tabagisme et ses conséquences. 

 

Le tabagisme: Quelles conséquences chez les fumeurs et les non-fumeurs?

Le tabac tue plus de 8 millions de personnes chaque année. Plus de 7 millions d’entre elles sont des consommateurs ou d’anciens consommateurs et environ 1,2 millions des non-fumeurs involontairement exposés à la fumée. ” OMS, 2019

Les conséquences du tabagisme chez les fumeurs et les non-fumeurs sont presque les mêmes à quelques exceptions près. Le grand danger du tabagisme se trouve dans les composantes que libère le tabac au moment de sa combustion. Selon les experts, ils ont pu identifier plus de 7000 substances chimiques dans la fumée du tabac, dont on sait qu’au moins 250 sont nocives et au moins 69 sont cancérigènes.

Chez les fumeurs, le tabac endommage les poumons de différentes manières et est la cause de plusieurs maladies cancérigènes comme le cancer du poumon. De plus, un risque de développement des principales maladies chroniques non transmissibles comme le diabète, les maladies cardiovasculaires et les maladies respiratoires peut survenir.

Le tabac constitue également un effet néfaste pour les femmes enceintes qui fument. En effet, la nicotine traverse le placenta, altère considérablement la vie du fœtus et passe plus tard dans le lait maternel. De surcroît, elle met en danger le fœtus et s’expose à des accouchements prématurés, des avortements répétés, un faible poids à la naissance ou un déficit intellectuel. Les enfants ayant des parents qui fument ne sont pas non plus épargnés. Les infections respiratoires, l’asthme, les cancers et l’apparition à l’âge adulte des maladies liées au tabac sont les quelques maladies que l’enfant peut développer.

Le tabac a aussi des conséquences sur les non-fumeurs. Étant exposés involontairement à la fumée dégagée par les produits du tabac, les non-fumeurs risquent d’attraper les mêmes maladies que peuvent avoir les fumeurs.

 

Quoi faire pour interpeller les Burundais/Burundaises sur les conséquences du tabac?

L’OMS, en collaboration avec les États membres a mis en place une Convention Cadre pour la Lutte Anti-tabac(CCLAT), adoptée en 2005 et ratifiée en novembre 2005 par le Gouvernement du Burundi. Des lois régissant la lutte anti-tabac ont été élaborées pour protéger la santé de la population. 

Pour ainsi interpeller les Burundais et Burundaises sur les conséquences du tabac, des campagnes de sensibilisation peuvent être réalisées, mais aussi des cours dans les écoles peuvent être offerts pour sensibiliser les jeunes enfants puisqu’ils sont les plus à risque. Fumeur ou non-fumeur, la santé de tout un chacun nous concerne.

Lynne-Clérina KANYENYERI

 

Comments

comments