La Croix –Rouge : «Une loi protégeant l’emblème de la communauté s’avère nécessaire»

La Croix –Rouge : «Une loi protégeant l’emblème de la communauté s’avère nécessaire»

Célébration de  la journée mondiale de  la Croix- Rouge et du Croissant Rouge  ©Akeza.net

                       

A l’occasion de la célébration de  la journée mondiale de  la Croix- Rouge et du Croissant Rouge célébrée chaque 08 mai dans le monde, la Croix-Rouge du Burundi et le Comité International de la Croix-Rouge( CICR) ont animé ce lundi 09 mai au siège de la Croix –Rouge une conférence de presse conjointe où  ils demandent  aux autorités burundaises d’instaurer une loi protégeant l’emblème de la Croix-Rouge au Burundi.

 

Selon Georgios Gergantas,le chef de la délégation du CICR,le message principal est centré sur le plaidoyer en  faveur du respect et de la protection de l’emblème de la Croix-Rouge car le port de ce dernier lors des opérations constitue la seule protection  dont disposent les collaborateurs de la Croix-Rouge et le CICR. Une loi, poursuit-il, réprimant ceux qui utilisent cet emblème pour d’autres fins  en cas de flagrance s’avère nécessaire.

 

«Nous voudrions, une fois de plus, demander aux autorités burundaises d’instaurer une loi protégeant l’emblème de la Croix-Rouge au Burundi. Cette loi  permettrait aux seules instances habilitées à l’utiliser et d’éviter  ainsi toute confusion en situation d’urgence. La sécurité de nos volontaires ainsi que l’accès à toutes les victimes en dépend».

 

Des dégâts liés au phénomène EL Niño

 

Anselme Katiyunguruza, le secrétaire général de la Croix-Rouge se félicite d’un pas déjà franchi même si des dégâts liés au phénomène  EL Niño  ont été enregistrés pendant la période pluvieuse. Le bilan qu’il a présenté aux  médias montre que  80 personnes sont mortes, 170 blessées, 4.885 maisons détruites complètement, 821 maisons détruites partiellement et 15.285 ha de champs détruits. Il a précisé également que les spécialistes météorologiques disent qu’il est probable que le phénomène la NIña peut aussi avoir lieu.

 

Il ajoute que désormais, la ligne téléphonique ‘’hot line’’(22274010) est disponible 24h/24 pour faciliter les activités de sauvetage. « Notre souhait est qu’au moins chaque ménage dispose d’un secouriste» a-t-il conclu.

 

Alexandre NDAYISHIMIYE

Comments

comments