La COPROBI compte multiplier du fumier naturel pour pallier à la détérioration du sol

La COPROBI compte multiplier du fumier naturel pour pallier à la détérioration du sol

 

Le Lombricomposteur © Akeza.net

Longtemps observés à quel point l’engrais chimique détériore notre sol, la Complexe pour la Promotion de la Biodiversité(COPROBI) y apporte solution en produisant du fumier par système de LOMBRICOMPOSTAGE,là où l’on obtient du fumier naturel après trois mois. Ce fumier est produit par les vers composteurs détectés à l’aide des appareils spéciaux.

Nous sommes à Ngagara quartier9, là où se trouve le centre de multiplication et de production du fumier de la COPROBI. Vénuste Ntirampaga le président et le représentant légal de l’association nous explique leur mécanisme : «Le premier travail consiste à faire des recherches pour trouver les lombrics car ce n’est pas n’importe quel ver que l’on utilise. Les vers qui produisent du fumier sont des Eicenias andrei et Eicenia faetida mais l’espèce utilisé jusqu’aujourd’hui est Eicenia faetida car l’association ne s’est pas encore dotée des appareils spéciaux pour détecter les Eicenias andrei capables de produire du fumier. Deuxièmement on les met dans les lombricomposteurs ,puis on fait un suivi régulier avec une alimentation diversifiée. Leurs aliments sont constitués par des débris végétaux ».

alex

Eicenia faetida  © Akeza .net

Ces vers possèdent des caractéristiques distinctives liées à leur morphologies. Ils ont 4à 5 cm de long, constitués d’environ 105 segments, de couleur rouge peu claire. On les trouve à la surface terrestre dans des matières organiques en décomposition. Ils s’adaptent dans des milieux où la température est en dessous de 30 degré.

D’après Vénuste Ntirampaga la production du fumier se fait dans trois mois. Cela en fonction des débris végétaux que ces vers consomment. Ils produisent comme fumier la moitié de ce qu’ils ont consommé. Par exemple s’ils consomment 5kg de débris végétaux, ils produisent environ 2,5 kg de fumier.

Il fait savoir que l’engrais naturel obtenu du lombricompostage est de deux sortes. Il s’agit de l’engrais liquide (percolat) qui reste toujours un défi au niveau de la COPROBI car on utilise des lombricomposteurs en bois qui ne peuvent pas contenir ce liquide alors qu’il est très efficace pour l’arrosage de certains plants comme café ,thé ,pomme de terre ,choux, tomates…

L’autre c’est l’engrais solide très concentré comme l’indique Ntiranpaga .Pour l’utiliser, on doit mélanger avec une certaine quantité de terre. Si tu utilises 1/4kg du fumier on le mélange avec ¾ de terre, illustre Ntirampaga.
Les vers qui se trouvent dans le lombricomposteur de Ngagara ont été choisi après des recherches effectuées à Buterere et Rutana. D’autres vers se trouvent dans les lombricomposteurs de Rutana.

La COPROBI compte multiplier ces vers à travers tout le pays pour pallier à la problématique de détérioration du sol.

 

Alexandre NDAYISHIMIYE

Comments

comments