Kigingi parle de sa vie: souvenirs , ambition , rêves , amour

Kigingi parle de sa vie: souvenirs , ambition , rêves , amour

Des spectateurs qui rient aux éclats

 

Deuxième d’une famille de 4 enfants, Mugenzi Alfred Aubin alias Kigingi est un personnage unique en son genre. Passé de la photographie à l’humour, il a fait le choix de donner le sourire plutôt que de le capturer. Humoriste, choriste et animateur radio, il a plus d’un tour dans son sac. La preuve, son retour sur la scene a été un franc succès. Avec une carrière déjà riche, il nourrit encore beaucoup d’ambition pour la suite et espère à force de travail et d’efforts devenir un jour un humoriste de stature internationale à l’instar de son idole Gad Elmaleh.

 

Akeza.net : D’où te vient ton nom de scène ?

 

Kigingi : Tout petit j’étais de court de taille mais en surpoids. J’ai dû être opéré les jambes parce que des fois il m’était difficile de marcher.

 

Akeza.net : As-tu une stratégie que tu comptes mettre en place pour te faire un nom à l’international, vu que tes shows sont en Kirundi la plupart des fois ?

 

Kigingi : Oui j’en ai une. Et vu que j’ai récemment fait un show, je devrais prendre le temps de me ressourcer et de rédiger un show. Celui-ci durerait  1h et serait en français. Si je ne le fais pas cette année, attendez-vous  à un show en français l’année prochaine.

 

Akeza.net : Quels sont les obstacles qui barrent la route à ta carrière ?

 

Kigingi : Le premier que j’invoquerai serait le manque de soutien. Et puis il y a le fait que des fois, je n’ai pas de bons contrats. J’espère que dans les jours à venir ça va s’améliorer.

 

Akeza.net : Crois-tu que l’environnement culturel  burundais favorise l’épanouissement de l’humoriste ?

 

Kigingi : Oui. Depuis des lustres, les burundais sont des gens qui aiment rire. C’est de là que vient Samandari, Inarunyonga(personnages comiques du Burundi, ndlr) et autres. A chaque fois que tu montes sur scène il faut analyser le public pour savoir quel genre de message tu vas transmettre. Je connais mes limites, je suis burundais et j’ai été élevé au Burundi donc je sais les choses que je peux ou ne peux pas dire.

 

 Akeza.net : As-tu un humoriste préféré ?

 

Kigingi : Comme je le dis souvent, mon humoriste favori est Gad Elmaleh. Je l’aime beaucoup. Il parle bien du social, sa gestuelle est en parfaite harmonie avec ses blagues. Et en plus d’être comédien, il est musicien. Ses talents me dépassent. J’apprends beaucoup de lui.

 

 Akeza.net : Est-il facile de faire rire le public ?

Kigingi Summer Comedy#1

Kigingi en train de danser.

Kigingi : Honnêtement, c’est ce qui est le plus dur dans notre travail. Cela fait 4 ans (exactement le 2 Août, ndlr) que je fais ce métier, mais à chaque fois que je monte sur scène, que je tremble et que j’ai des bourdonnements dans le ventre, je sais que le show va être super. Quand tu lances une blague et que personne ne rit, tu as un sentiment de dégoût, tu veux abandonner. Mais par après ils rient tellement fort que ça te donne le sentiment de monter au ciel.

 

Akeza.net : Si tu n’étais pas humoriste, que serais-tu ?

 

Kigingi : Franchement, je ne sais pas. Avant que je ne sois comédien j’étais cameraman /photographe. Je ne sais pas si c’est ce que je serais maintenant (long silence).J’aimais bien la photographie mais je me suis rendu compte que ça ne me suffisait pas.

 

 Akeza.net : Comment veux-tu que les gens te perçoivent ?

 

Kigingi : j’aimerais que les gens me prennent comme un ami et non une « star ». Je suis un choriste. Même si dans mes blagues je ne dis pas constamment «  selon l’Evangile Saint Marc », d’une part j’évangélise aussi. Il y a quelques années, on nous disait « une star c’est quelqu’un qui chante ou qui fait son art pour sa propre gloire». Je ne cherche pas ma gloire. Ce qui me rendrait heureux c’est de rendre les autres heureux.

 

 Akeza.net : Après le Kigingi Summer Comedy, quelle expérience as-tu tiré ?

 

Kigingi : Kigingi Summer Comedy était un show que j’avais organisé avec tant d’efforts malgré le manquement de ceci ou cela. Mais le show s’est bien passé. L’expérience que j’ai tirée de Kigingi Summer Comedy est de jouer devant un grand public et m’adapter en dépit du fait que j’ai passé  toute une année sans spectacle. Mais aussi, j’ai vu que tout est possible. Voir un monde pareil venu assister à mon spectacle m’a rendu fier et confiant.

Kigingi on StageKigingi sur scène

 

Akeza.net : Et toi, qu’est-ce qui te fait rire dans la vie ?

 

Kigingi : Les gens, des situations comiques, tout ce qui est drôle. Je suis une personne comme tant d’autres. Ceci peut m’être drôle sans pour autant l’être pour quelqu’un d’autre.

 

Akeza.net : Tu ne parles jamais de ta vie amoureuse dans tes shows, que se passe-t-il de ce côté-là ?

 

Kigingi : En effet, mon cœur est pris. Je ne parle pas d’elle parce que je pense que ce serait non seulement ma vie privée que je dévoile mais aussi la sienne. Sinon, elle fait le Business and Administration Management au Rwanda. Quand elle aura terminé ses études, on se mariera.

 

  Akeza.net : Comment passe-t-on de photographe à humoriste?

 

Kigingi : (Rires) Photographie et comédie n’ont pas de point commun. En tout cas, moi  je n’en vois pas.  Dans mon cas, je faisais la photographie et la comédie en même temps. J’avais quelques personnes qui me donnaient une lueur d’espoir.  Mais par après, la comédie ne pouvait plus cohabiter avec la photographie. Les gens que je prenais en photos riaient avant  même que je ne sorte l’appareil.

 

Akeza.net : Alors ça devenait plus facile, tu n’avais plus à leur dire « souriez »

 

Kigingi : (Rires) oui un peu. Mais j’ai choisi la comédie même si la photographie est un domaine que j’aime. Peut-être quand je serais muet je serais à nouveau photographe. (Rires)

 

Akeza.net : On voit que tu essaies de mettre sous ton aile quelques jeunes talentueux humoristes de la ville, comment et pourquoi les choisis-tu ?

 

Kigingi : J’essaie de propulser quelques jeunes qui ont du talent. La plupart des fois, ils viennent vers moi, je travaille avec eux, je crois en eux parce qu’il y a quelques années j’étais comme eux. Et il y en a qui ont des talents différents du mien comme celui d’imitateur. C’est toujours un plaisir d’écouter Ildefonse ou  Fabrice. C’est pour cela qu’ils étaient à mon show.

 

Propos recueillis par Miranda Akim’

 

Comments

comments