Kidum a raccompagné ses fans jusqu’à Kinama après le concert

Kidum a raccompagné ses fans jusqu’à Kinama après le concert

Les fans de Kidum au concert Ivyiza vy’iwacu.©Akeza.net

Kidum n’est pas une star comme les autres. Vous tenez à lui, il vous renvoie la même chose. C’est du moins ce que l’on pourrait retenir de son geste posé hier après son concert au Lycée Scheppers de Nyakabiga. Kidum a raccompagné ses fans jusque chez eux.

C’était hier au Lycée Scheppers de Nyakabiga que se déroulait le concert «Ivyiza vy’iwacu». Kidum, venu du Kenya, était la tête d’affiche. Il a monté sur scène en dernier lieu après le passage  sur scène de B Face, Peace and Love, et Sat-B.

Il a fallu à peine que le maitre des cérémonies annonce son nom qu’une bande de fans aguerris de Kidum fasse leur entrée.  Les agents de Payway Burundi qui assuraient la vente de tickets ont dit que ses fans avaient refusé d’entrer comme quoi leur star n’était pas encore là. Personne n’a loupé cette entrée. Tellement ses fans étaient trop excités qu’ils bougeaient dans tous les sens, tout en portant des pancartes sur lesquels on pouvait lire le nom de Kidum.

La technique n’a pas été trop clémente pour Kidum une fois sur scène. Il a connu plusieurs arrêts pendant sa performance, ce qui ne l’a pas découragé. Son public ou plutôt ses fans à lui, restaient enfiévrés, peut importe que le son soit coupé ou pas.

C’est  de cet amour que Kidum aurait été conquis demandant même à ses fans d’approcher  le podium contre la volonté des agents civils de la sécurité. Le concert allait prendre fin quand Kidum a promis à ses fans de les raccompagner jusqu’à chez eux à Kinama. Et voilà, ceux qui croyaient que l’homme des spectacles faisait toujours son spectacle en faisant cette annonce se sont trompés, Kidum prenait cela très au sérieux.

Kidum a raccompagné ses fans. Un geste étonnant, mais qui a laissé  sûrement des traces dans les cœurs de ces jeunes fans. Sûrement qu’on entendra parler de cela dans les années à venir, comme le fait Kidum  maintenant en racontant les souvenirs de comment ils suivaient  feu Jean Christophe Matata quand ils le voyaient passer dans le années 1990.

Armand NISABWE

 

Comments

comments