Karen Maniraho: « C’était tellement excitant de voir notre vidéo sur l’Ethiopie marcher si bien « 

Karen Maniraho: « C’était tellement excitant de voir notre vidéo sur l’Ethiopie marcher si bien « 

Karen Maniraho , chercheuse pour Cut Video

Une interview d’une jeune fille retraçant le pic de la beauté de la femme Ethiopienne au cours des 100 dernières années avait récemment fait surface sur le web et provoqué des milliers de commentaires d’admirateurs sur les réseaux sociaux. Karen Maniraho, la jeune femme dans la vidéo, est une burundaise résidant actuellement aux USA.

 

Akeza.net l’a approché.

 

Akeza.net: Qui est Karen Maniraho?

 

Karen : Je fais des recherches pour Cut video. Je suis également un  écrivain en herbe avec un intérêt particulier pour les histoires des peuples noires et  la diaspora africaine.

 

Akeza.net: Comment en es-tu venue à  faire des recherches pour Cut Video ?
Karen : Après ma bourse Global Health Corps au Burundi, mon amie et collègue chercheuse chez Cut Video, Katherine, m’a approché et recommandé de considérer la possibilité de faire les recherches pour la vidéo Ethiopienne. Je suis un grand fan de la série et j’étais  vraiment heureuse de pouvoir apporter ma contribution, en particulier pour leur première vidéo d’un pays africain.

 

Akeza.net: Quels sont tes  liens avec monde de la mode en général?

 

Karen : Au-delà du fait que je suis inspirée par les concepteurs et créateurs de mode africains, je suis fasciné par l’intersection de l’histoire et de la représentation. Ce que je continue à apprendre à travers mes recherches et mes conversations avec  les blogueurs locaux et ceux de la diaspora, c’est à quel point  la beauté peut être une réponse à notre environnement. Il y a tellement de choses à apprendre en voyant la façon dont nous nous présentons au fil des ans.

 

Akeza.net: A quel point est-ce difficile de faire de la recherche pour une telle vidéo? Quels sont les défis?

 

Karen : Je pense que la chose la plus importante pour moi est d’éviter de raconter une  histoire typique de beauté. Quand j’ai commencé mes recherches pour l’Ethiopie, de nombreux articles se concentraient  sur la pauvreté, la famine, la guerre. Et cette histoire typique de désespoir s’applique si souvent à de nombreux autres pays africains. Mais il y a tellement plus de choses qui se passent : les femmes innovantes qui n’ont pas été célébrées dans le passé, les créateurs de mode inspirants, des générations d’artistes, écrivains, cinéastes, historiens, etc., qui ne font pas les gros titres des grands media. Ce sont ces personnes et ces histoires dont on devrait parler le plus.

 

En outre, les idéaux de beauté privilégient souvent certaines races, ethnies, classes sociales. L’un des attraits  de la recherche sur la  beauté et l’histoire vient avec l’apprentissage de l’incroyablement riche diversité de chaque pays. Mais nous reconnaissons qu’il y a certainement des limites dans la création d’une vidéo sur l’histoire de l’évolution du concept de beauté dans un pays. Une sous-culture de la « beauté » pourrait se voir dédier tout un film documentaire sans pour autant inclure tous les récits méritant une discussion. Pour moi, il est important d’en être conscient lorsque vous essayez, si non entammez la conversation.

 

Mon plus grand souhait aux  téléspectateurs de la série est que les gens apprennent  quelque chose en  regardant  la vidéo et se sentent inspirés à faire des  recherches personnelles afin d’en apprendre  davantage sur l’histoire du pays et d’autres récits sur  les différentes facettes de la « beauté ». Je pense que les vidéos «making of» qui accompagnent les courtes vidéos finies sont une excellente occasion pour les téléspectateurs de voir ce  sur quoi le chercheur a choisi de se concentrer et avoir une idée des défis rencontrés au cours de la recherche sur le pays.


Akeza.net: Peux-tu nous aider à reconstituer ton parcours académique ?

 

Karen : J’ai étudié à l’Université de Washington à Seattle aux États-Unis. Au cours de mon parcours académique, j’ai mis un accent particulier sur les questions en rapport avec la race, le sexe, le développement international, et les questions de justice sociale.

 

Akeza.net: La première vidéo pour laquelle tu as fait des recherches est un vrai succès. Comment te sens-tu à ce propos?

 

Karen : C’était tellement excitant de voir notre vidéo sur l’Ethiopie marcher si bien. La réponse a été époustouflante ! J’ai essayé de  suivre les  commentaires et les suggestions de ceux qui ont regardé la vidéo, surtout ceux se trouvant en Ethiopie. Cela m’a donné la motivation  de continuer à progresser en tant que chercheuse dans les prochaines vidéos

.

Aimez notre page Facebook et  abonnez-vous à notre chaîne YouTube pour voir plus de vidéos  et restez à jour avec  la série retraçant les 100 ans de beauté !

 

Propos recueillis  par Landry MUGISHA

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.