Journée mondiale sans tabac 2018 : tabac et cardiopathies

Journée mondiale sans tabac 2018 : tabac et cardiopathies

Chaque 31 mai, le monde célèbre la journée mondiale sans tabac et cette année la Journée a pour thème ” le tabac et les cardiopathies “. Au Burundi l’ampleur du tabagisme reste inconnue, mais des études réalisées à Bujumbura, dans le cadre des travaux de fin d’études médicales à l’Université du Burundi, montrent une prévalence qui oscille entre 12 et 23%

Selon l’OMS, l’épidémie mondiale de tabac tue plus de 7 millions de personnes chaque année, dont près de 900 000 sont des non-fumeurs qui meurent parce qu’ils ont été exposés au tabagisme passif et d’ajouter que près de 80% du plus d’un milliard de fumeurs que compte la planète vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, où la charge de morbidité et de mortalité liée au tabac est la plus lourde.

Des études réalisées à Bujumbura, dans le cadre des travaux de fin d’études médicales à l’Université du Burundi, indiquent une prévalence de 14 ,6% à l’Université du Burundi, de 23,6% dans deux grandes entreprises de Bujumbura (BRARUDI et COTEBU) et 12,4% dans les écoles secondaires de Bujumbura.

Au Burundi, les données statistiques provenant des supports du Système National d’Information Sanitaire (SNIS) ne permettent pas à l’heure actuelle de disposer d’informations fiables sur l’ampleur du tabagisme, mais des études réalisées à Bujumbura, dans le cadre des travaux de fin d’études médicales à l’Université du Burundi, indiquent une prévalence de 14 ,6% à l’Université du Burundi, de 23,6% dans deux grandes entreprises de Bujumbura (BRARUDI et COTEBU) et 12,4% dans les écoles secondaires de Bujumbura.

Toujours selon ces études, la majorité des fumeurs commencent à fumer avant l’âge de 19 ans et cela est inquiétant car les manifestations pathologiques pour la plupart incurables apparaissent vers 40ans.

L’assemblée nationale a déjà adopté une loi (non encore promulguée) sur la réglementation de la consommation du tabac visant la réduction considérable du taux de tabagisme au Burundi.

Le Dr Innocent Nkurunziza, directeur du Programme National Intégré de Lutte contre les Maladies Chroniques non Transmissibles (PNILMCT) fait savoir que l’assemblée nationale a déjà adopté une loi (non encore promulguée) sur la réglementation de la consommation du tabac visant la réduction considérable du taux de tabagisme au Burundi.

Cette loi contient, en outre, un certain nombre de mesures tels que l’augmentation des taxes sur le tabac ainsi que l’interdiction de fumer dans des lieux publics, ainsi que la publicité sur le tabac.

 

Blaise NKURIYINGOMA

Comments

comments