Journée internationale de la femme et celle de la fille, y-a-t-il une différence ?

Journée internationale de la femme et celle de la fille, y-a-t-il une différence ?

Des filles africaines tenant des ardoises sur lesquelles est marqué 11 Octobre ©DR

 « Encore un autre jour dédié aux femmes » disent certains.  « Pourquoi célèbre-t-on les femmes deux fois par an ? Le 8 Mars ne suffit pas, il a fallu qu’on rajoute le 11 Octobre » disent d’autres. Erreur ! Tout comme une femme et une fille sont deux personnes différentes, les droits et journée de célébration de ces dernières sont différentes.

 

Instituée par l’Assemblée Générale des Nations-Unies le 19 décembre 2011, la journée du 11 octobre se trouve être la Journée Internationale des droits de la Fille. Cette journée fut un fruit du dur labeur des organisations pour promouvoir les droits de la fille.

Comparées aux garçons, les filles connaissent un taux alarmant de cas de violence, d’exploitation par le travail et de non-scolarité mais aussi connaissent une discrimination illogique.

Malheureusement, la situation de ces filles ne s’améliore pas quand elles prennent de l’âge ou deviennent des femmes. Par contre, elle se voit minimisées, étiquetées de personnel non fiable vu qu’il se peut qu’elle tombe enceinte ou malade chaque mois. Devenues femmes, les filles continuent à livrer leur combat, à lutter contre ceux qui bafouent de leur droits.

Accréditée par les Nations Unies en 1977, la Journée Internationale des droits de la femme puise son origine dans les luttes des ouvrières et suffragettes du début du XXe siècle, pour de meilleures conditions de travail et le droit de vote.

La journée du 8 Mars est une opportunité de fêter les pas franchis en ce qui concerne la situation de la femme, de faire entendre leur revendications pour ainsi l’améliorer, bref une journée d’analyse.

Tandis que certains croient que le 8 Mars et le 11 Octobre sont des jours de célébration, respectivement, de la femme et de la fille, en réalité ces 2 jours sont dédiés à la lutte pour les droits de la femme et de la fille. Au lieu d’offrir des fleurs, robes et consort, au contraire égayez votre solidarité.

 

Miranda Akim’

Comments

comments